Cet article date de plus de neuf ans.

Fitch abaisse la perspective de la note de la France à "négative"

Après Moody's et Standard & Poor's, l'agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé à "négative", contre "stable" auparavant, la perspective de la note de la dette à long terme de la France. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les locaux de Fitch Ratings, à Paris, le 8 août 2011. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Dans un communiqué (en anglais) publié vendredi 16 décembre, l'agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé à "négative", contre "stable" auparavant, la perspective de la note de la dette à long terme de la France. Le triple A français, la meilleure note financière possible, est maintenu. Mais selon Fitch, "la perspective négative indique qu'il y a un peu plus de 50 % de chance d'un abaissement de la note d'ici à deux ans".

Le ministre de l'Economie et des Finances, François Baroin, a "pris acte" de cette décision. "Le gouvernement est déterminé à poursuivre son action au service de la croissance, de la compétitivité, de l'emploi et de la réduction des déficits publics", a-t-il précisé. 

Le sommet européen jugé insuffisant

Les deux autres grandes agences de notation, Moody's et Standard & Poor's, avaient déjà placé la note de la France sous surveillance négative. Comme ses concurrents, Fitch cite des inquiétudes sur la situation économique et financière de la zone euro pour justifier sa décision. L'agence affirme que "de nouvelles mesures seront sans doute nécessaires pour ramener le déficit à 3 % du PIB d'ici 2013 et stabiliser la dette publique à moins de 90 % du PIB".

Pour l'agence, le sommet européen des 8 et 9 décembre n'a pas permis de mettre en place une protection suffisante pour empêcher qu'une aggravation de la crise financière ne touche les pays les plus fragiles de la zone euro. D'ailleurs quelques heures après cette annonce de Fitch, c'est Moody's qui a dégradée la note de la Belgique de deux crans à Aa3.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.