Cet article date de plus de neuf ans.

Espagne : un ancien de Lehman Brothers nommé ministre de l'Economie

Après avoir prêté serment devant le roi, le nouveau premier ministre, le conservateur Mariano Rajoy, a présenté un gouvernement resserré de 13 membres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le nouveau premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, annonce son gouvernement, le 21 décembre à Madrid. (JAVIER SORIANO / AFP)

C'est désormais officiel. Mariano Rajoy est devenu, mercredi 21 décembre, le nouveau chef du gouvernement espagnol, après avoir prêté serment devant le roi Juan Carlos. "Je jure de remplir fidèlement les obligations de la charge de président du gouvernement avec loyauté envers le Roi", a déclaré le nouveau premier ministre, une main posée sur la Constitution et l'autre sur la Bible, un mois après la large victoire électorale du Parti populaire (PP), qui a obtenu la majorité absolue au Parlement.

A l'issue de cette cérémonie, le leader conservateur, âgé de 56 ans, a annoncé son gouvernement, réduit à 13 ministres, qui sera opérationnel jeudi. L'identité du ministre de l'Economie était particulièrement attendue, surtout par les investisseurs, toujours fébriles en pleine crise de la dette en zone euro : c'est finalement Luis de Guindos, ancien président de la banque Lehman Brothers pour l'Espagne et le Portugal, qui a été choisi.

Réductions budgétaires

Agé de 51 ans, ancien secrétaire d'Etat à l'Economie (2002-2004), il aura la tâche d'allier rigueur et travail de réformes, dans un pays doublement frappé par la crise et l'éclatement de sa bulle immobilière, et qui retombera probablement en récession sur fond de chômage record.

Dès lundi, devant le Parlement, Mariano Rajoy a annoncé de nouvelles réductions budgétaires pour 2012 dans le secteur public, d'un montant de 16,5 milliards d'euros au moins, pour tenter de contenir le déficit du pays, qui adopte cure d'austérité sur cure d'austérité depuis deux ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.