Référendum grec : l'Allemagne en colère

En Allemagne, l'opinion publique, comme les médias ou les élus, ne semble plus croire au maintien de la Grèce dans la zone euro. France 2 fait le point.

FRANCE 2

À la télévision, dans les journaux, dans la rue et même à la chancellerie, l'hypothèse d'une sortie de l'euro de la Grèce n'est plus taboue en Allemagne, ce lundi 6 juillet. Angela Merkel ne peut plus l'ignorer. Au lendemain du "non" grec, elle a fui les médias pour rester à son bureau et multiplier les consultations avant d'envoyer son porte-parole sur le front médiatique, avec cette déclaration lourde de sous-entendus : "La Grèce fait partie de l'euro. C'est maintenant à la Grèce et à son gouvernement de faire en sorte que cela reste le cas."

Même la gauche allemande reste ferme

Le discours, même à gauche, n'a jamais été aussi ferme vis-à-vis des Grecs, accusés de ne plus respecter les règles. Et parmi toutes les unes consacrées au référendum, il y avait ce matin dans les kiosques allemands ce cri du cœur : "Oh, nein !" Aujourd'hui, plus d'un Allemand sur deux souhaite que la Grèce quitte la zone euro. Angela Merkel devrait tout faire pour éviter ce scénario qu'elle a toujours refusé. Mais il lui sera bien difficile de se faire entendre par son opinion publique et par sa majorité au gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chancelière allemande, Angela Merkel, à Berlin, le 1er juillet 2015. 
La chancelière allemande, Angela Merkel, à Berlin, le 1er juillet 2015.  (MICHAEL KAPPELER / AFP)