Grèce : élections anticipées à haut risque pour Alexis Tsipras

Les Grecs votent dimanche 7 juillet en marge des élections législatives anticipées. Un scrutin qui va élire le nouveau chef du gouvernement grec. L'actuel Premier ministre Alexis Tsipras est sur la sellette. En direct d'Athènes, Alexia Kefalas fait le point.

France 2

Les élections législatives anticipées du dimanche 7 juillet pourraient coûter cher à Alexis Tsipras. Les Grecs reprochent au chef du gouvernement des promesses non tenues et de ne pas avoir su résister à la cure d'austérité imposée par l'Europe. "Alexis Tsipras le Premier ministre de la gauche radicale a été élu sur un programme d'affrontement à l'Union européenne et au Fonds monétaire international, ce sont les créanciers du pays qui ont dicté des mesures d'austérité. Sauf qu'une fois au pouvoir, Tsipras a tourné le dos à ses engagements. Il a opté pour des politiques néolibérales allant au-delà des objectifs imposés par les créanciers. Le revenu des Grecs est taxé entre 70 et 80%", détaille Alexia Kefalas depuis Athènes (Grèce).

Son adversaire grand favori du scrutin

"Face à Tsipras, Kyriakos Mitsotakis, dirigeant de Nouvelle démocratie, le parti conservateur est un vieux parti dont le laxisme budgétaire des années 2000 a mené la Grèce dans ce chaos économique. Mais pourtant Kyriakos Mitsotakis a réussi à le dépoussiérer. Il a sillonné la Grèce surfant sur la vague anti Tsípras en faisant une promesse majeure : la baisse immédiate des impôts et c'est la raison pour laquelle il est donné grand favori", conclut la journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras à la Commission européenne le 29 juin 2018.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras à la Commission européenne le 29 juin 2018. (ARIS OIKONOMOU / AFP)