Au premier jour de la grève générale, la Guyane vit au ralenti

Marie-Claire Courtellement, envoyée spéciale à Cayenne en Guyane, fait le point sur l'ambiance qui règne en ce jour de grève générale, lundi 27 mars.

FRANCE 2

Ce lundi 27 mars, la grève, illimitée, votée par tous les syndicats, paralyse toute l'activité de la Guyane. "Nous sommes ici place des Palmistes, la place centrale, la place symbolique de Cayenne, explique Marie-Claire Courtellement, envoyée spéciale de France 2 en Guyane. Tout est désert, la Guyane est paralysée par une grève générale qui est lancée par l'UTG, l'Union des travailleurs guyanais qui fédère ici 37 syndicats."

Un mouvement qui devrait être très suivi

"Ce mouvement devrait être très suivi, les écoles vont rester fermées, pas un élève ne pourra aller en classe aujourd'hui, poursuit la journaliste. Les administrations vont garder porte close, que ce soit la préfecture ou encore le rectorat. Enfin, les magasins vont eux aussi garder leurs rideaux baissés, ils se disent solidaires de ce mouvement dont ils acceptent totalement les revendications. Les Guyanais se sentent oubliés par la métropole, et ils veulent absolument obtenir gain de cause."

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation en Guyane devant le rectorat de Cayenne le 27 mars 2017.
Manifestation en Guyane devant le rectorat de Cayenne le 27 mars 2017. (JODY AMIET / AFP)