Crise en Guyane : reprise des négociations

Le mouvement social se poursuit en Guyane, le plan d'aide du gouvernement ayant été rejeté. Les grévistes réclament un statut particulier pour ce territoire. Les négociations ont repris ce dimanche 2 avril.

Voir la vidéo
France 3

Après l'annonce du déblocage d'un milliard d'euros la nuit dernière par le gouvernement, les négociations ont repris cet après-midi, dimanche 2 avril. Elles sont conduites par la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts. À l'extérieur de la préfecture, de nombreux Guyanais sont venus soutenir leurs représentants. Beaucoup étaient là pour défendre leurs revendications comme ce personnel des hôpitaux. La santé est très en retard en Guyane.

D'abord pour la sécurité

Les mesures annoncées la nuit dernière concernent d'abord la sécurité, 140 postes de gendarmes seront créés d'ici 2020 et l'escadron de gendarmes mobiles sera pérennisé. Le ministre a également annoncé la construction d'un tribunal de grande instance et d'une prison. 300 millions d'euros seront consacrés aux infrastructures, des routes, des ponts, 400 millions pour l'éducation et plusieurs millions pour la santé, les agriculteurs et les pêcheurs. Cet effort ne semble pas suffisant pour la population.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, à Cayenne (Guyane), lors d\'une conférence de presse, le 29 mars 2017.
La ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, à Cayenne (Guyane), lors d'une conférence de presse, le 29 mars 2017. (JODY AMIET / AFP)