Cet article date de plus de cinq ans.

Crise de la viande : François Hollande lance un appel aux distributeurs et aux consommateurs

Le chef de l'Etat a lancé samedi "un appel à la grande distribution" pour améliorer la rémunération des éleveurs, victimes des cours actuels de la viande de porc et de boeuf, inférieurs aux coûts de production. Sur France Info à l'arrivée du Tour de France, il a aussi appelé les consommateurs à acheter la viande du label "Viandes de France".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 ("Entre 22 et 25.000" exploitations d'élevage, soit 10% du total, "sont cet été au bord du dépôt de bilan", selon le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll © Maxppp)

François Hollande était à l'arrivée du Tour de France samedi. Sur France Info, il a dit avoir choisi cette étape, justement pour évoquer la crise de la viande. Dès lundi, le label "Viandes de France" sera lancé par les distributeurs pour promouvoir la viande française. Le chef de l'Etat a profité de son passage sur notre antenne pour en faire la promotion. 

"Vous êtes fiers de vos agriculteurs, faites en sorte d'acheter français"
écouter

Auparavant, lors d'un déplacement à Villefort, en Lozère, François Hollande avait lancé un appel à la grande distribution. "Les agriculteurs ne peuvent pas vivre que des aides, il doit y avoir des prix pour les rémunérer ", a-t-il expliqué "Je lance encore un appel à cette grande distribution pour qu'elle offre aux consommateurs la qualité et aux agriculteurs un prix ", a-t-il ajouté.

La réponse du groupe Système U

Côté distribution, on explique que cela fait des semaines que les réunions s'enchainent au ministère de l'Agriculture sur ce sujet, et que l'avancée des choses ne dépend pas que des distributeurs.

Serge Papin est le patron du groupe de supermarchés SUPER U. Il explique sur notre antenne qu'il y a du dumping social au sein de l'Union européenne, notamment de la part de l'Allemagne. 

"En Allemagne, les coûts sociaux des employés agricoles sont 30 à 40% moins chers qu'en France"
écouter

Les éleveurs ont multiplié les actions ces dernières semaines, dans l'Ouest notamment, pour protester contre l'absence de remontées des prix de leurs productions. Dans un entretien au journal Le Parisien/Aujourd'hui en France  de vendredi, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll affirmait qu'entre 22 et 25.000 exploitations d'élevage, soit 10% du total, "sont cet été au bord du dépôt de bilan".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.