Covid-19 : le plafond des tickets restaurants repassera à 19 euros, à compter du 1er juillet

En pleine crise du Covid-19, en 2020, le gouvernement avait décidé de doubler ce plafond pour soutenir le secteur de la restauration en difficulté.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un ticket restaurant. Photo d'illustration. (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Le plafond journalier des tickets restaurants repassera à 19 euros et il ne sera plus possible de les utiliser les week-ends et jours fériés, à compter du 1er juillet, annonce le ministère de l'Économie dans un communiqué vendredi 24 juin. Il y a deux ans, le gouvernement a décidé de doubler ce plafond pour soutenir le secteur de la restauration en difficulté à cause de la crise du Covid-19.

Ainsi, depuis le 12 juin 2020, les salariés peuvent payer jusqu'à 38 euros par jour en tickets restaurants et les utiliser les week-ends et jours fériés, mais uniquement dans les restaurants.

Retour aux conditions d'avant la crise

Le 23 février dernier, Bercy a annoncé le prolongement de cette mesure jusqu'au 1er juillet. "Après discussion avec les fédérations professionnelles de la restauration et comme annoncé par le gouvernement, à partir du 1er juillet 2022, l’utilisation des tickets restaurants se fera dans les mêmes conditions qu’avant la crise sanitaire", confirme le ministère de l'Économie.

Pour justifier la fin de cette dérogation, Bercy explique que les "restaurants ne font plus face à des fermetures sanitaires. Puis que le stock de tickets a été écoulé et les anciens tickets de 2021 ont pu être remplacés par des tickets valables en 2022."

Enfin, le ministère de l'Économie souligne que "ces mesures ont permis de relancer la consommation dans les restaurants, fermés lors des confinements" et ont permis aux salariés "d’écouler les tickets épargnés par les salariés du fait des restrictions sanitaires."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.