Compléments alimentaires : attention danger pour les femmes enceintes

L'ANSES, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation recommande aux femmes enceintes d'éviter de prendre des compléments alimentaires, sauf nécessité absolue. 

Photo d\'illustration. 
Photo d'illustration.  (MAX ROSEREAU / MAXPPP)

Ce n'est pas une interdiction mais une recommandation. Les femmes enceintes doivent éviter de prendre des compléments alimentaires qui contiennent en particulier de la vitamine D et de l'iode si elles n'en ont pas un besoin absolu. L'avis émane de l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation (ANSES) et il fait suite à une quarantaine de signalements d'effets indésirables reçus par l'institution entre 2009 et 2016. 

Des risques d'augmentation anormale de calcium dans le sang 

Dans le détail, les études menées par l'Agence montrent que des femmes qui ont une hypersensibilité génétique à la vitamine D peuvent, si elles prennent des compléments alimentaires contenant de la vitamine D, souffrir d'une augmentation anormale de calcium dans leur sang ou dans celui du fœtus. Par ailleurs, l'iode présent dans les compléments alimentaires peut aussi poser des problèmes. Si une femme enceinte consomme trop d'iode, cela augmente le risque d'apparition chez son bébé d'hypothyroïdie, d'hyperthyroïdie ou d'un goitre.


Dans son avis, l'ANSES met donc en garde les femmes enceintes contre la multiplication des sources de vitamines et de minéraux. Ces femmes ne doivent pas consommer de compléments alimentaires sans l'avis d'un professionnel de santé. Elles sont donc invitées à informer les médecins de tous les médicaments et de tous les compléments alimentaires qu'elles prennent pour qu'il juge du risque éventuel que ces produits font courir à la maman ou au nouveau-né.