Commerces "non essentiels" : des gérantes de magasins de lingerie envoient des petites culottes au Premier ministre

Une action "symbolique et humoristique" pour protester contre la fermeture imposée de leur commerce en raison de l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sur leur page Facebook, les gérantes de boutiques de lingerie du collection Action culottée partage la photo de la petite culotte envoyée à Jean Castex. (CAPTURE D'ÉCRAN / FACEBOOK)

Des gérantes de magasin de lingerie ont envoyé, lundi 19 avril, des petites culottes au Premier ministre, Jean Castex, rapporte France Bleu Provence. Considérées comme des propriétaires de commerces "non essentiels", elles souhaitent ainsi exprimer leur mécontentement face à la fermeture imposée de leur boutique.

Une action humoristique et symbolique

Réunies en collectif, baptisé Action Culottée, les gérantes expliquent qu'il s'agit "d'une action humoristique mais avant tout symbolique" pour "alerter face à la situation très critique que vivent des centaines de boutiques de sous-vêtements à travers toute la France". Dans le courrier adressé à Matignon, on peut notamment lire "vous trouverez ci-joint à ce courrier un élément de la vie quotidienne pourtant considérée comme non-essentiel par votre gouvernement : une petite culotte".

"La vérité est que nous sommes TOUS essentiels", concluent-elles, insistant sur le fait que "le commerce de proximité est précieux" et qu'il "contribue à l’économie locale et fait vivre nos communes. Il renforce le tissu social des villes comme des villages".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.