Cet article date de plus d'un an.

Comment le Smic est-il calculé ?

Le gouvernement a annoncé jeudi une revalorisation de 1,2% du Smic au 1er janvier 2020, sans "coup de pouce". Mais à quoi correspond cette hausse du salaire minimum ?

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Smic ne bénéficiera pas de coup de pouce au 1er janvier. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

A partir du 1er janvier 2020, le Smic atteindra 1 539,42 euros brut par mois. Il est revalorisé de 1,2%, ce qui représente 15 euros. Le gouvernement a annoncé jeudi qu'au-delà de la hausse prévue par la loi, il ne donnerait pas de "coup de pouce" à ces bas salaires. 

Une hausse mécanique

Le Smic (Salaire minimum interprofessionnel de croissance) est instauré par un décret du 2 janvier 1970 et remplace alors le Smig (Salaire minimum interprofessionnel garanti). Depuis 2010, il est revalorisé chaque 1er janvier. Son augmentation est calculée en fonction de deux critères, explique l'Insee : l'évolution des prix pour les 20% de ménages les plus modestes (hors tabac) et 50% de l'évolution du salaire des ouvriers et employés, sans les primes et sans les heures supplémentaires.

Cette année, ce calcul amène à une revalorisation de 1,2% du Smic. Au 1er janvier 2020, il passera donc de 10,03 euros brut de l'heure à 10,15 euros, soit 8,03 euros net, a précisé Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement. Sur un mois, le Smic atteindra 1 539,42 euros brut. En France, 1,98 million de personnes étaient rémunérées au Smic en 2018, selon l'Insee. 

Pas de "coup de pouce" depuis 2012

Le gouvernement n'accorde pas de "coup de pouce" supplémentaire au Smic pour l'an prochain. Il suit ainsi les recommandations du groupe d'experts sur le Smic. Cette décision s'explique en partie par la hausse de la prime d'activité, décidée pour répondre à la colère des "gilets jaunes" et dont bénéficient désormais plus de quatre millions de foyers. 

Le salaire minimum n'a pas été revalorisé au-delà de qui est prévu mécaniquement depuis 2012. Le Premier ministre de l'époque, Jean-Marc Ayrault, annonce alors une hausse de 2% du Smic. La précédente hausse significative date de 2006, sous le gouvernement de Dominique de Villepin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.