Ehpad : "Plusieurs milliers de postes seront créés", annonce Agnès Buzyn

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé les détails de son plan pour la prise en charge de la dépendance, ce mercredi. Elle est l'invitée du 19/20 pour aborder le sujet.

Voir la vidéo
France 3

Agnès Buzyn est aujourd'hui l'invitée du 19/20 afin de revenir plus en détail sur son plan pour les Ehpad. Ce plan propose des postes d'infirmier de nuit et plus d'aides-soignants le jour et un budget alloué à la rénovation des établissements. Les professionnels saluent aujourd'hui un pas en avant, mais indiquent que les recrutements annoncés sont insuffisants. "Plusieurs milliers de postes seront créés, annonce-t-elle. Je ne veux pas m'engager sur un nombre, mais il s'agit d'une accélération très nette de la médicalisation des Ehpad. Il va y avoir énormément de recrutement d'aides-soignants et d'infirmières grâce à ces financements."

La ministre poursuit en indiquant :"Nous ramenons la somme de 360 millions d'euros sur trois ans et nous rajoutons des financements des infirmières de nuit, l'équipement de télémédecine dans les tous les Ehpad. Cela va se faire progressivement sur les trois ans qui viennent."

"Être aide-soignante en Ehpad, c'est difficile"

Face aux aides-soignants débordés, la ministre annonce vouloir reconsidérer le plan de carrière de la profession "Nous avons des mesures pour les personnels, car être aide-soignante en Ehpad, c'est difficile, concède-t-elle. Il faut un meilleur plan de carrière. Nous allons proposer un plan de gestion, de compétence et de carrière pour les aides-soignants. Aujourd'hui, ajoute-t-elle, les professionnels se plaignent de la cadence, ils n'arrivent plus à recruter. Ils demandent des postes en plus."

En moyenne, on compte 1 758 euros de reste à charge pour un résident pour une retraite moyenne de 1 376 euros. Agnès Buzyn évoque, pour avancer sur la question des coûts élevés d'une prise en charge en Ehpad, "un débat de société, une concertation sur le modèle de bien vieillir ensemble."

Ce mercredi, la ministre a également annoncé le déremboursement de certains médicaments qui luttent contre les effets de la maladie d'Alzheimer. Agnès Buzyn assume : "Je confirme le déremboursement, ces médicaments ont été montrés comme étant néfastes et entrainant beaucoup d'effets secondaires. Pour ne pas nuire, nous déremboursons pour que les personnes ne les utilisent plus."

Le JT
Les autres sujets du JT
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. (ERIC FEFERBERG / AFP)