"C'est un véritable hold-up !" : le mouvement sportif accuse le gouvernement de piocher dans ses crédits pour résorber le déficit

Le président du Comité national olympique et sportif français Denis Masseglia s'insurge sur franceinfo contre la baisse des crédits accordés au sport, et les prélèvements sur la taxe Buffet.

Le président du Comité national olympique et sportif français Denis Masseglia à l\'Hôtel de Ville de Paris le 14 juin 2018.
Le président du Comité national olympique et sportif français Denis Masseglia à l'Hôtel de Ville de Paris le 14 juin 2018. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Alors qu'un congrès extraordinaire du Comité national olympique et sportif français se tient mercredi 29 août sur les moyens du sport en France, le président du CNOSF Denis Masseglia dénonce sur franceinfo la baisse des crédits accordés par l'État. 

Le mouvement sportif estime avoir perdu, entre 2017 et 2018, 60 millions d'euros sur le budget dédié aux actions directes en faveur de la pratique sportive, passant de 310 millions à 250 millions. A cette perte s'ajoute la disparition progressive des emplois aidés.

Le mouvement sportif "déboussolé"

Denis Masseglia juge par ailleurs "un peu scandaleux" le fait que le gouvernement prélève "la moitié" de la taxe Buffet, soit 25 millions d'euros, pour résorber le déficit public, alors qu'elle est censée intégralement financer le sport amateur. Cette taxe est prélevée à hauteur de 5% sur les droits de retransmissions des rendez-vous sportifs.

"C'est un peu scandaleux que le gouvernement ait osé prélever une partie de la taxe Buffet alors que ce n'est pas de l'argent public : c'est de l'argent des détenteurs de droits télévisuels pour une solidarité avec le monde amateur", s'emporte Denis Masseglia.

C'est un véritable hold-up, jamais un gouvernement n'avait osé faire ça auparavant, celui-là a oséDenis Massegliaà franceinfo

Le patron du CNOSF parle d'une "déviance de l'objet initial", et c'est pour cela, selon lui, que "le mouvement sportif est aujourd'hui déboussolé, il ne comprend pas."