Cet article date de plus de six ans.

Budget : des députés PS frondeurs font des propositions alternatives au gouvernement

Critiquant les orientations de l'exécutif, ils prônent des mesures davantage tournées vers les ménages : la politique économique de la France "ne saurait aggraver les inégalités", écrivent-ils dans leur appel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Baumel et Pouria Amirshahi, ici au premier plan, font partie des députés socialistes frondeurs qui ont, le 9 juin 2014, dévoilé des propositions économiques alternatives à celles du gouvernement. (  MAXPPP)

Pour eux, l'inversion de la courbe du chômage n'est pas pour tout de suite. En tout cas, pas dans ces conditions. Des députés PS frondeurs ont dévoilé lundi 9 juin des propositions fiscales et sociales qui divergent de celles présentées par le gouvernement dans son budget rectificatif.

Trop pour les entreprises, pas assez pour les ménages

"La montée du chômage [est] inéluctable dans les mois qui viennent", écrivent ces élus, dont Christian Paul, Jean-Marc Germain, Pouria Amirshahi, Fanélie Carrey-Conte ou Laurent Baumel. Tout en se disant "solidaires" de la majorité, ils critiquent les orientations de l'exécutif. "La politique économique de la France doit rechercher l'efficacité, elle ne saurait aggraver les inégalités."

Les députés frondeurs se plaignent notamment d'une "trajectoire de réduction des déficits trop brutale" et d'une politique économique trop tournée vers l'offre, avec des baisses d'impôts pour les entreprises, et pas assez vers la demande, comprendre vers les ménages.

Une CSG réduite, plus d'emplois aidés

Eux prônent "rallumage de la consommation, obtenu en portant le soutien au pouvoir d'achat des ménages à 16,5 milliards (contre 5 milliards prévus actuellement)". Le tout avec "une mesure unique et puissante" : "La création de taux réduits de CSG pour les classes moyennes et populaires." Ils préconisent également le financement de 300 000 contrats aidés supplémentaires, comme les "emplois d'avenir".

Ces socialistes frondeurs souhaitent cependant respecter les objectifs budgétaires. Pour y parvenir tout en mettant en place leurs propositions, ils réclament un meilleur ciblage du crédit d'impôt compétitivité-emploi et un conditionnement des baisses de cotisations patronales. Ils comptent déposer des amendements au Parlement pour faire entendre leur voix.

> Lire le texte de leur appel :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.