Bouygues Telecom va supprimer 1.516 postes sur 9.000

Lors d'un comité central d'entreprise pour dévoiler sa nouvelle stratégie, Bouygues Telecom a annoncé la suppression de 1.516 postes sur 9.000, soit plus de 15% des effectifs.

(Bouygues veut supprimer 15% des effectifs © Maxppp)

Les discussions avec Iliad (Free) et Orange n'ont pas abouti, selon le PDG de Bouygues Telecom. Il va donc falloir subsister en solo. Et pour cela, l'annonce du groupe est violente : une réduction de plus de 15% des effectifs. Bouygues Telecom a annoncé mercredi lors d'un comité central d'entreprise un projet qui prévoit la suppression de 1.516 postes sur 9.000, via notamment un plan de départs volontaires. L'action de Bouygues a fortement chuté après ces annonces.

La direction a détaillé devant les élus du personnel son plan de transformation "visant à lui garantir un avenir autonome" qui va entraîner "une réduction des effectifs de 1.516 collaborateurs" avec un "plan d'accompagnement privilégiant le volontariat et le reclassement interne", selon un communiqué de Bouygues Telecom. Le groupe avait déjà supprimé un peu moins de 550 postes via des départs volontaires il y a deux ans.

"On va tout faire pour sauver des emplois" (CFTC)

L'informatique et le marketing seront les fonctions les plus touchées par cette nouvelle cure d'austérité qui pourrait nécessiter des départs contraints, une première dans l'histoire de la filiale de Bouygues. Une partie des effectifs pourrait toutefois bénéficier de reclassements au sein de la maison-mère qui a recruté l'an dernier 3.800 personnes.

"On va tout faire pour pouvoir sauver des emplois" - Nicolas Fabert, délégué CFTC, syndicat majoritaire de l'entreprise
--'--
--'--

"Tout ce qui est en contact avec nos clients externes est préservé ", explique Bernard Alain, délégué FO de l'entreprise. "C'est à dire toute la relation clientèle, les boutiques, les forces de vente commerciale, sur le fixe et le mobile. Notre objectif à nous c'est d'éviter absolument tous les licenciements secs. Le groupe a un périmètre suffisamment large pour essayer de retrouver des reclassements ", ajoute-t-il.

 

Bernard Alain est le délégué FO de l'entreprise
--'--
--'--

 

 

 

Objectif : économiser 300 millions d'euros

Réduire la voilure, simplifier le maquis des offres mobiles et enfoncer le clou dans l'offensive sur le fixe : telle est la feuille de route tracée par le PDG Olivier Roussat pour assurer l'avenir du numéro trois français du mobile, et économiser 300 millions d'euros sur ses coûts à horizon 2016. "Nous sommes capables de recréer à un horizon de deux-trois ans les conditions dans lesquelles nous étions jusqu'en 2012. C'est ça notre objectif ", a assuré Olivier Roussat, estimant qu'il était "triste " que l'opérateur soit acculé à supprimer des emplois malgré l'explosion des usages dans le secteur.

(Les chiffres de l’opérateur, les parts de marché © Idé)