"L'impact du bitcoin en termes de pollution est assez limité", assure un économiste alors qu'Elon Musk dénonce la consommation d'énergie liée à cette cryptomonnaie

Philippe Herlin estime que "le bitcoin utilise à plus de 80% des énergies renouvelables et il contribue même à les rentabiliser".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Illustration bitcoin. (JEAN-LUC FLEMAL / MAXPPP)

Le directeur général de Tesla, Elon Musk, a annoncé jeudi 13 mai qu'il n'accepterait plus le bitcoin comme moyen de paiement des voitures électriques du groupe, au nom de la défense de l'environnement. Il dénonce en effet la consommation d'énergie "folle" nécessaire pour la production du bitcoin.

>> Bitcoin, ethereum, ripple... Le succès grandissant des cryptomonnaies

"L'impact du bitcoin en termes de pollution, d'émissions de CO2, est assez limité", a tempéré sur franceinfo Philippe Herlin, économiste, spécialiste des questions monétaires. Il estime que "le bitcoin utilise à plus de 80% des énergies renouvelables et il contribue même à les rentabiliser".

franceinfo : Elon Musk a-t-il raison de dénoncer l'impact environnemental du bitcoin ? Faut-il beaucoup d'énergie pour faire fonctionner cette cryptomonnaie ?

Philippe Herlin : Oui c'est une énergie importante, mais il faut comparer cela à ce que consomme le secteur bancaire pour les paiements, cela fait aussi beaucoup. Ce qu'il faut savoir, c'est que le bitcoin utilise à plus de 80% des énergies renouvelables et il contribue même à les rentabiliser. Parce que le problème des énergies renouvelables, que ce soit l'hydroélectricité ou le solaire, ou l'éolien, elles ne fonctionnent pas forcément quand on en a besoin. Or les transactions en bitcoin, elles, fonctionnent 24h/24. Par conséquent, cela représente un client important pour les énergies renouvelables, cela leur permet de pouvoir vendre de l'électricité quand personne n'en veut. Donc l'impact en termes de pollution, d'émissions de CO2, est assez limité. Donc le bitcoin n'est pas en contradiction avec l'image verte de Tesla.

Le cours du bitcoin a perdu jusqu'à plus de 10% après les déclarations d'Elon Musk. Cela veut-il dire qu'un seul homme suffit à déstabiliser cette monnaie ?

Ce qui fait la force du bitcoin, c'est qu'il n'est pas dirigé par une personne. Elon Musk a dirigé le cours du bitcoin ces derniers mois par des décisions importantes qu'il a prises, ça a un effet concret ponctuel sur le bitcoin mais ça n'en aura pas à long terme.

Les cryptomonnaies ont donc encore de l'avenir ?

Oui tout à fait. Cela permet notamment d'apporter la capacité de transaction et des services financiers pour des populations qui en sont éloignées, ou qui vivent dans des pays qui subissent de l'inflation, comme le Venezuela, l'Argentine ou plusieurs pays d'Afrique. Dans ces pays-là il y a de plus en plus de gens qui utilisent le bitcoin ou d'autres cryptomonnaies comme monnaie d'échange. Et dans les pays développés comme en Europe ou aux Etats-Unis, c'est un placement qui permet à terme de se protéger contre l'inflation et d'avoir des rendements plus intéressants que ce que proposent des produits bancaires classiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bitcoin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.