Dix ans après sa création, le bitcoin "offre une sécurité, qui permet de parler d'or numérique"

Cette crypto-monnaie a été créée en pleine crise des subprimes, en 2008. Aujourd'hui, elle apparaît comme "une monnaie qui est indépendante des banques et des États", explique l'économiste Philippe Herlin. 

Le bitcoin fête ses dix ans (illustration).
Le bitcoin fête ses dix ans (illustration). (JEAN-LUC FLEMAL / MAXPPP)

Le bitcoin fête ses 10 ans. Le 19 août 2018, le nom de domaine bitcoin.org est réservé sur Internet par un mystérieux Satoshi Nakamoto. Depuis, la monnaie virtuelle a connu une flambée, il y a quelques mois, à près de 20 000 dollars pour un bitcoin, avant de retomber sous les 6 000 dollars cet été. Cette monnaie se démocratise et peut même servir pour régler des achats dans le monde bien réel. "Le bitcoin offre une sécurité", explique dimanche 19 août sur franceinfo Philippe Herlin, économiste, auteur de J'achète du bitcoin

franceinfo : Qu'est-ce que le bitcoin ?

Philippe HerlinC'est une monnaie qui fonctionne de façon décentralisée, il n'y a pas de banque centrale qui contrôle cette monnaie et sur laquelle des gens pourraient avoir de l'influence. Cela donne une grande force à cette monnaie que l'on ne peut pas altérer ou modifier. Le fait qu'il n'y ait que 21 millions mis en circulation ne peut pas être changé.

Comment est mis en circulation un bitcoin ?

C'est produit par les gens qui valident les transactions et qui touchent à cette occasion des bitcoins qui sont créés et ils touchent aussi les frais de transaction. Cela veut dire que lorsqu'on aura atteint les 21 millions - on en est aujourd'hui à 17 millions - ils auront encore intérêt à faire ce travail de validation, parce qu'ils toucheront encore les frais de transaction. Donc, le système pourra continuer à s'entretenir. Pour obtenir des bitcoins, il suffit d'en acheter.

Pour qui le bitcoin a-t-il été créé ?

À cette époque, on est en plein dans la crise de 2008, la crise des subprimes et il y a vraiment de gros doutes par rapport au système bancaire, par rapport à la monnaie et le bitcoin apparaît un peu comme une monnaie qui est indépendante des banques, des États. Cela offre une sécurité. On peut parler d'or numérique, dans la mesure où la quantité est limitée et où personne ne la contrôle. C'est devenu une monnaie de thésaurisation, des gens l'achètent en se disant que ça va prendre de la valeur et c'est aussi une monnaie de transaction dans pas mal de pays.

Où est-il utilisé ?

Pas tellement en France, parce qu'avec l'euro on a une monnaie qui est stable. Au Venezuela, les gens qui ont des bitcoins peuvent manger à leur faim, faire des transactions, contrairement aux autres. Il y a beaucoup de pays en Afrique et en Amérique du Sud qui l'utilisent parce que les monnaies nationales sont mal gérées.

Quel est l'avenir du bitcoin ?

Cela va se développer parce qu'il n'y a pas que le bitcoin. Il y a une sorte de concurrence entre ces différentes monnaies. Le nombre de projets réels augmente, il y a un écosystème qui est en train de se créer autour des crypto-monnaies.