Baisses d'impôts : les entreprises du BTP mises à contribution

Le gouvernement souhaite s'attaquer à plusieurs niches fiscales, dont celle sur le gazole non routier. Les professionnels du BTP font part de leur inquiétude.

FRANCE 2

C'est la fin de l'avantage fiscal accordé au gazole non routier (GNR). Claude Coquard, patron d'une petite entreprise de trois salariés s'inquiète, car ses machines consomment jusqu'à 200 litres de gazole par jour. Son budget carburant pourrait doubler pour atteindre 30 000 euros. "On va passer à 1,43 euro du litre avec la suppression de la taxe du GNR. On sera directement alignés sur le prix du gazole routier", se désole l'entrepreneur au micro de France 2. Le coup de pouce fiscal qui profitait aux entreprises du bâtiment disparaîtra totalement en 2022. Une suppression progressive décidée avec les professionnels, assure le ministère de l'Économie.

Renflouer les caisses de l'État

Seul le BTP sera concerné. Le fret ferroviaire et les engins agricoles continueront à bénéficier d'un gazole non routier moins cher. L'objectif affiché par le gouvernement ? Récupérer à terme 900 millions d'euros par an. Une enveloppe qui permettra de renflouer les caisses de l'État et de financer une partie des réductions d'impôts.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les professionels du bâtiment veulent défendre l\'avantage fiscal dont ils bénéficient sur le gazole non routier. 
Les professionels du bâtiment veulent défendre l'avantage fiscal dont ils bénéficient sur le gazole non routier.  (FRANCE 2)