Qui sont les internautes à l'origine de l'appel aux blocages contre la hausse du prix du carburant ?

Dans tout le pays, des mouvements de contestation s'organisent pour bloquer les routes le 17 novembre. Des automobilistes racontent leur colère a franceinfo. 

Une pompe à essence dans une station service. 
Une pompe à essence dans une station service.  (GREG LOOPING / AFP)

Le compteur augmente de seconde en seconde. Ces derniers jours, la pétition en ligne appelant le gouvernement à baisser les prix du carburant a rencontré un succès fulgurant, jusqu'à atteindre les 225 000 signatures, jeudi 25 octobre. Le texte pointe du doigt une "forte hausse du prix du carburant" depuis le 1er janvier, imputée à une augmentation de la fiscalité. Avant d'embrayer : "Nous sommes déjà dépendants des cours du pétrole, il n'est pas question qu'en plus nous subissions une augmentation des taxes." 

Priscillia Ludosky, la femme de 32 ans à l'initiative de cette pétition, ne s'attendait pas à un tel écho. "Ce n'est pas que les gens soient si mécontents qui m'étonne. Toutes les personnes qui vivent en banlieue ou dans des zones rurales et qui prennent leur voiture tous les jours n'en peuvent plus de ces augmentations, explique cette habitante de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Par contre, ce qui me surprend, c'est que tous ces gens décident de se mobiliser en signant ma pétition."

D'autant que, depuis, la pétition est devenu le moteur d'un mouvement national de contestation. Sur Facebook, un groupe a été créé pour appeler les automobilistes en colère à bloquer le périphérique parisien le 17 novembre. Plus de 228 000 personnes se disent intéressées ou prêtes à participer à ce blocage. "Je ne suis pas l'organisatrice de cette mobilisation, mais j'y ai été associée, explique Priscillia Ludosky. Au départ, cet événement était localisé uniquement à Paris, mais maintenant, partout en France, les gens sont prêts à se mobiliser." 

"Ça devient invivable"

Une simple balade sur les réseaux sociaux permet de constater que des appels aux blocages ont été lancés dans la plupart des villes et départements de l'Hexagone. "Ce n'est pas dans mes habitudes, c'est la première fois que je me mobilise comme ça dans un mouvement, explique Serge Bouny, initiateur avec deux autres personnes d'une mobilisation à Limoges (Haute-Vienne). L'augmentation des prix à la pompe, ça me touche personnellement. On a trois voitures à la maison et avec mon travail, je fais 2 000 km par semaine. Ça devient invivable."

"Je ne trouve pas normal que la vie coûte de plus en plus cher. C'est pour ça que j'ai décidé de créer ce groupe mercredi soir", explique Karine, aux manettes de la mobilisation à Montbrison (Loire). Cette femme de 43 ans, au chômage depuis quatre ans, explique que le carburant est devenu le premier poste de dépenses de son foyer. "J'ai trois enfants, dont deux en situation de handicap qui doivent être scolarisés dans un établissement spécialisé. Mais ici, la seule école de ce type se trouve à 40 kilomètres", raconte-t-elle.

Faire deux allers-retours par jour, ça coûte trop cher. Alors souvent, pendant qu'ils sont à l'école, je traîne en ville ou j'attends dans ma voiture.Karine, habitante de la Loireà franceinfo

Si la plupart des organisateurs locaux contactés par franceinfo se disent liés à aucun parti politique, certains membres de l'opposition ont suivi l'initiative. En Charente-Maritime, la manifestation est pilotée par Tony Chéron, responsable des Jeunes avec Wauquiez dans le département. "Cette mobilisation n'a rien à voir avec mon engagement auprès des Républicains", jure-t-il. Pour lui, l'idée est surtout de faire pression politiquement sur le gouvernement. "Le but, c’est aussi d’accompagner les élus, qu’ils soient soutenus par la population. Il ne s'agit pas de tout casser."

"Rassemblements sauvages"

Quelle forme prendront ces blocages ? Les automobilistes de l'Yonne ont déjà prévu leur plan d'attaque. "Nous allons nous rejoindre sur un parking de centre commercial à Sens puis retrouver un groupe dans une ville plus importante, Auxerre, explique Alexandre Murante, qui gère le groupe Facebook. Nous allons ensuite bloquer les grands axes, en espérant qu’il y ait un grand nombre de participants."

D'autres en sont encore au stade de la discussion. "On a essayé de s'organiser sur Facebook, mais ça ne fonctionne pas. Nous allons donc nous retrouver lundi à Limoges pour définir notre stratégie et la forme de la mobilisation", raconte Serge Bouny. 

"Il faut aussi faire les démarches auprès de la préfecture pour annoncer notre manifestation, poursuit-il. Certains veulent organiser des rassemblements sauvages, mais moi je suis un frileux." Des dissensions apparaissent parfois au sein des groupes locaux. "C'est clair qu'on ne pourra pas mettre tout le monde d'accord, confie un organisateur du sud de la France. Dans nos groupes, il y a de tout : des plus cool et d'autres qui veulent en découdre."