Trois Français sur quatre ont le sentiment que leur pouvoir d'achat s'est dégradé depuis un an, selon un sondage

La perception d’une dégradation du pouvoir d'achat depuis l'année dernière n’atteint toutefois pas les niveaux de 2018.

Article rédigé par
avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme fait ses courses dans un supermarché de Montbéliard (Doubs), le 22 avril 2020. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Alors que les prix de l'énergie et de l'alimentation augmentent considérablement depuis plusieurs mois, 75% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat s'est dégradé depuis 2020, selon un sondage* La Voix des Territoires Odoxa - Groupama pour France Bleu publié jeudi 21 octobre. Pour 90% des interrogés, le pouvoir d'achat est un sujet de préoccupation important.

>> INFOGRAPHIE : Visualisez la hausse des prix des carburants, proches de leur record historique

Sans surprise, ce sont les dépenses de carburants (44%) que les Français trouvent les plus difficiles à supporter alors qu'un interrogé sur deux se sert de son véhicule tous les jours ou presque. Ces dépenses sont suivies de près par le gaz, les impôts et le fuel. 

Des résultats à nuancer

Face à l'augmentation des prix de l'énergie, tout le monde ou presque cherche à faire des économies. Cela peut passer par une réduction de la consommation de chauffage ou d'eau chaude (66%) mais aussi moins de sorties et de loisirs (58%).

L'institut Odoxa nuance cependant ces résultats : la perception d’une dégradation du pouvoir d'achat depuis l'année dernière, si elle est très élevée, n’atteint toutefois pas les niveaux de 2018, année du mouvement des "gilets jaunes" (86%) ou de 2019 (83%).

*Sondage réalisé sur le terrain du 5 au 11 octobre 2021 auprès d'un échantillon de 3 010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d'erreur est de 1,4 point.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hausse des prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.