Économie : un plongeon historique

Le plongeon historique de l’économie française se confirme. Les grands groupes cotés en bourse comme Total, Renault ou Airbus ont commencé la publication de leurs résultats de début d’années. Ils enregistrent tous des pertes inquiétantes et totalement inédites.

France 3

7,3 milliards d’euros, c’est le montant record des pertes subit par Renault au premier semestre. Plusieurs autres fleurons de l’industrie française comme Airbus et Total ont également publier jeudi 30 juillet des résultats catastrophiques. La crise économique n’épargne pas les grands groupes partout dans le monde. Des pertes record pour le pétrolier Shell, pour le constructeur Volkswagen, ou encore pour le géant de la sidérurgie ArcelorMittal. Les groupes français ne sont pas épargnés. Renault, touché en plein cœur par la crise, a vu ses ventes chuter de 35% au 1er semestre.

"Ils sont victimes de surcapacité"

Le constructeur affiche la plus lourde perte de son histoire : 7,3 milliards d’euros. Une perte record qui s’explique en partie par les mauvais résultats de son partenaire japonais Nissan. "Ils sont victimes de surcapacité, ils ont beaucoup investi dans des nouvelles usines pour faire grossir les usines, notamment au Etats-Unis. Aujourd’hui? le marché automobile est en berne, ils n’arrivent donc pas à remplir ces usines" explique Arnaud Aymé, export transports SIA Partners. L’avionneur Airbus subit lui aussi de plein fouet la pandémie : 1,9 milliards d’euros de perte pour ce début d’année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un concessionnaire Renault à Morzine (Haute-Savoie), le 20 mai 2020.
Un concessionnaire Renault à Morzine (Haute-Savoie), le 20 mai 2020. (JEAN-BAPTISTE PREMAT / HANS LUCAS / AFP)