Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo PSA Aulnay, la fin d'une histoire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Elle a produit sa dernière Citroën le 25 octobre. Au soir de la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay, retour sur l'histoire d'un site qui a vu exploser des conflits sociaux emblématiques. Et s'intégrer des générations de travailleurs immigrés.

1973 "Citroën ne manque pas d'atouts pour l'avenir : ainsi, cette usine d'Aulnay, près de Paris. C'est la plus moderne d'Europe." Ainsi le site qui vient de connaître une lente agonie est-il vanté à sa naissance : comme un modèle de modernité. L'usine est construite pour remplacer celle de Javel, dans le XVe arrondissement parisien. "Il y avait même des interprètes, se souvient ce salarié. D'arabe, de portugais..." Car comme le rappelle Jean-Louis Loubet, professeur d'histoire à l'université d'Evry, elle est composée en majorité de populations issues de la Seine-Saint-Denis : beaucoup d'immigrés." 

1975 PSA Aulnay entre dans le giron de Peugeot, qui se rapproche de Citroën.

1982 Vent de changement sur la France et première grève à Aulnay, qui lui vaut une réputation sulfureuse. Les ouvriers bloquent la production pendant cinq semaines au nom de la dignité et de la liberté syndicale.

1984 La direction profite du premier plan social pour décimer le syndicat, avec 800 licenciements. L'usine poursuit sa robotisation. Stratégie du groupe : fabriquer à Aulnay et Poissy les petites voitures : les plus vendues mais les moins rentables.

2008 L'usine se vide peu à peu, comme le montrent dans ce reportage des images filmées par des employés.

2013 Quarante ans plus tard, la bataille qui s'annonce est celle de l'avenir industriel du site... et du reclassement des salariés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.