Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Le patron de PSA invité à renoncer à sa retraite chapeau

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
RTL, BFMTV, I-TELE
Article rédigé par
France Télévisions

A gauche comme à droite, la classe politique critique les millions d'euros promis à Philippe Varin lorsqu'il quittera ses fonctions en 2014.

La retraite chapeau du patron de PSA fait polémique. Appelé à céder son poste à Carlos Tavares en 2014, Philippe Varin devrait alors toucher un million d'euro par an, affirme la CGT. Selon le syndicat, la direction a déjà provisionné 21 millions d'euros pour alimenter la retraite du futur ex-président du directoire. Une somme qui choque la classe politique, à gauche comme à droite. D'autant plus que le bientôt retraité de 61 ans, nommé en 2009 à la tête de PSA Peugeot Citroën, a engagé en 2012 un vaste plan social qui prévoit notamment la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

"Ça fait beaucoup trop, ça a même un parfum d'indécence", a critiqué François de Rugy, le coprésident du groupe Europe Ecologie-Les Verts à l'Assemblée. Il dénonce sur RTL un "deux poids, deux mesures" à PSA, où "la direction négocie euro après euro" pour les salariés. Le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, a lui aussi jugé "excessif" le montant de cette retraite chapeau.

"C'est déjà arrivé que des dirigeants y renoncent", a fait valoir le centriste sur BFMTV, tout en soulignant que "le plus important, c'est de sauver PSA". Même sous-entendu de la part de l'ancien président UMP de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. Le député de Haute-Savoie a estimé sur i-Télé "qu'il serait bienvenu" que les plus hauts dirigeants d'entreprises en difficulté décident d'"une diminution" de leurs avantages, voire d'"un renoncement" lorsque "les résultats ne sont pas satisfaisants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.