Cet article date de plus d'onze ans.

En colère, des salariés de PSA manifestent sur le site de Poissy

Quelque 300 salariés ont pénétré sur le site et provoqué plusieurs dégâts matériels.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une femme passe devant l'entrée du site de PSA Peugeot-Citroën à Poissy, le 11 décembre 2012.  (REMY DE LA MAUVINIERE / AP / SIPA)

PSA – Les 1 500 suppressions de postes annoncées mardi leur restent en travers de la gorge. Des salariés de PSA Peugeot-Citroën ont pénétré, mercredi 12 décembre, dans le pôle tertiaire du constructeur à Poissy (Yvelines), renversant "pots de fleurs et tableaux d'affichage". Selon un salarié de PSA sous couvert de l'anonymat, des manifestants ont "détruit des ordinateurs et des tableaux", et "tout broyé sur leur passage".

Au total, entre "300 à 400 personnes" travaillant pour PSA Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) se sont rendus devant le site de Poissy en milieu de journée. Ils ont fait brûler des pneus, rapportent des délégués CGT, syndicat qui appelait à la mobilisation. 

 -
Des salariés pénètrent dans un site de PSA Poissy - (Francetv info / France 3 Ile-de-France)

"C'est un mouvement de colère des salariés", a déclaré Philippe Julien, de la CGT Aulnay. "La réelle casse, c'est celle de l'emploi : après 8 000 suppressions de postes, la direction en rajoute 1 500", a renchéri Jacques Salfati, délégué CGT. 

 -
Les salariés de PSA sont "écœurés, dégoûtes, révoltés" - ()

Une réunion sur le plan social reportée

"La direction et les cinq autres organisations syndicales dénoncent ces agissements qui sont le fait d'une minorité non représentative de l'ensemble des salariés", a immédiatement réagi un porte-parole de PSA. 

Une réunion de négociation sur le plan social, prévue mercredi à 13 heures sur le site de Poissy, a été suspendue et reportée au 20 décembre, "le dialogue social ne pouvant se tenir sous la contrainte"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.