Le conseil d'administration de Mitsubishi Motors révoque à son tour Carlos Ghosn

Soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc japonais, le dirigeant a déjà été démis de la même fonction chez Nissan. 

Carlos Ghosn, lors d\'une conférence de presse à Tokyo (Japon), le 20 octobre 2016. 
Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Tokyo (Japon), le 20 octobre 2016.  (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)

Les sanctions à l'encontre de Carlos Ghosn se poursuivent. Le patron de Renault a été, lundi 26 novembre, démis de ses fonctions de président du conseil d'administration de Mitsubishi Motors. Selon un bref communiqué du constructeur japonais, les administrateurs du groupe ont jugé "difficile" de maintenir en poste le puissant capitaine d'industrie.

Arrêté au Japon il y a semaine, Carlos Ghosn est depuis en garde à vue pour dissimulation d'une partie de ses revenus au fisc et est en outre accusé d'abus de biens sociaux par Nissan. La marque, partenaire de Renault, l'a elle-aussi révoqué de son poste de président du conseil d'admnistration.

Carlos Ghosn nie les accusations à son encontre et a assuré à la chaîne de télévision publique japonaise NHK n'avoir jamais eu l'intention de dissimuler ses revenus.