Cet article date de plus de trois ans.

Autolib' : la fin d'un modèle

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Autolib' : la fin d'un modèle
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Autolib' à Paris, c'est fini. La mairie et les communes partenaires ont mis fin au contrat qui les liait au groupe Bolloré. France 2 s'est rendue à Rome pour comparer le modèle Autolib' avec celui des Italiens.

D'un côté, une voiture française électrique qui a roulé vers la faillite. De l'autre, une voiture italienne qui semble rencontrer son public. Toutes deux sont pourtant en autopartage. Alors, ce modèle a-t-il un avenir ?

60 000 euros par station

À Paris, les voitures Autolib' peuvent se garer uniquement dans ses stations précises. Un système jugé peu pratique. À Rome, c'est tout l'inverse pour les voitures proposées. Dans la capitale italienne, la voiture peut être laissée sur n’importe quelle place de parking. Deux offres distinctes, avec des investissements différents : en Italie, les automobiles utilisent les parkings déjà existants, donc peu d'investissements, à part quelques bornes de recharge et les véhicules payés par les sociétés privées. À Paris, le service d'autopartage a été financé par un partenariat public-privé. Il a fallu par exemple installer 1 100 stations pour les véhicules. Coût de l'investissement : 60 000 euros par station.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.