VIDEO. Le Premier ministre slovaque enfile son bleu de travail pour bosser de nuit dans une usine

Pour témoigner de son soutien avec les travailleurs de nuit slovaques, dont l’augmentation du salaire est discutée au Parlement, le Premier ministre a travaillé pendant une nuit dans une usine.   

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

En Slovaquie, 240 000 personnes travaillent la nuit. Avec un salaire minimum de 435 euros, ce pays est l’un des États de l’Union européenne qui dispose d’une main-d’œuvre peu coûteuse. Le gouvernement slovaque a annoncé qu’il souhaitait augmenter la rémunération de ses travailleurs de nuit d’un bonus de 1,40 €, soit une augmentation de 90 centimes par rapport au bonus actuel. Mais les entrepreneurs et la chambre de commerce germano-slovaque ont montré de la résistance à ce projet de loi.

Pour appuyer sa proposition et montrer sa solidarité avec les travailleurs de nuit, le Premier ministre du pays, Robert Fico, a enfilé son bleu de travail dans une usine près de Bratislava. Il a travaillé près de huit heures aux côtés des ouvriers pour témoigner de son soutien.

Des bas salaires : un atout compétitif

Les entrepreneurs et la chambre de commerce germano-slovaque sont plus réticents à cette proposition car ils estiment que les bas salaires sont « un atout compétitif » pour le pays. En effet, rapporté au nombre d’habitants, cette république d’Europe de l’Est est le premier pays producteur de voitures au monde. 

Mais le Premier ministre slovaque est plutôt confiant : "Je croise les doigts pour ces gens parce que je sais que l’aversion des entrepreneurs slovaques pour les bonus de nuit va être importante, mais je crois que cette proposition peut éventuellement passer au Parlement."

En gage de solidarité, le Premier ministre slovaque a travaillé de nuit dans une usine
En gage de solidarité, le Premier ministre slovaque a travaillé de nuit dans une usine (BRUT)