Golfe : des compagnies trop subventionnées ?

Les Américains accusent les Émirats arabes unis et le Qatar de subventionner massivement leurs compagnies aériennes. Elles auraient reçu plusieurs dizaines de milliards de dollars en trois ans. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ils sont venus admirer leur dernier achat : sur l'aéroport de Doha, les Qataris réceptionnent un A350 flambant neuf. Et ils n'ont pas lésiné sur la dépense : aménagements luxueux, en classe affaires, des sièges qui se transforment en lits doubles, de grands écrans... Un avion dernier cri commandé en 37 exemplaires. "C'est très cher, mais on a les moyens", "On n'a pas de limite, même pas le ciel", justifient les Qataris en regardant fièrement leur dernière acquisition.

Plus de 40 milliards d'euros de subventions ?

Mais comment Qatar Airways peut-elle s'offrir autant d'avions, multiplier par quatre en dix ans le nombre de passagers transportés, au point d'être accusés par les autres compagnies de concurrence déloyale ? Réponse de Akbar Al Baker, le PDG qatari, lapidaire : "Nous avons de l'argent pour acheter tous ces avions, c'est très simple". Le problème, c'est l'origine de cet argent : beaucoup viendrait de subventions, versées par les riches monarchies du Golfe. Des subventions interdites en Europe ou aux États-Unis, car elles faussent la concurrence. Qatar Airways, mais aussi Etihad aux Émirats arabes unis, et Emirates à Dubaï auraient touché de leurs gouvernements plus de 40 milliards d'euros d'aides. C'est ce qu'affirme un rapport américain, qui détaille des prêts non remboursés, des subventions sur le carburant, ou encore des exemptions sur les frais d'aéroport.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Airbus A380 de la compagnie aérienne Emirates atterrit sur l\'aéroport de Dubaï, le 14 septembre 2017.
Un Airbus A380 de la compagnie aérienne Emirates atterrit sur l'aéroport de Dubaï, le 14 septembre 2017. (GIUSEPPE CACACE / AFP)