Vidéo Vacances de février : "On a environ 50% de réservations en moins" dans les transports, indique Jean-Baptiste Djebbari

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Pour le ministre délégué aux Transports, les Français peuvent aborder cette période "d'incertitude avec sérénité puisqu'ils savent qu'ils seront remboursés".

Les vacances scolaires vont débuter dès la fin de la semaine prochaine pour les académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Poitiers. Pour le moment, les Français semblent attendre les consignes du gouvernement lié à l'épidémie de Covid-19 avant de partir. "On a environ 50% de réservations en moins", a indiqué sur franceinfo Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports.

>> Suivez les dernières informations sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

"Nous avons demandé aux différentes compagnies aériennes et à la SNCF de faire en sorte que les billets qui ont déjà été achetés soient échangeables, annulables, jusqu'à trois jours avant le départ pour la SNCF", a-t-il expliqué. Les Français peuvent donc aborder cette période "d'incertitude avec sérénité puisqu'ils savent qu'ils seront remboursés". Jean-Baptiste Djebbari a estimé que les Français faisaient preuve de bon sens : "Ils ont peu réservé, ils vont sûrement faire comme en été et attendre les cinq, six derniers jours avant de réserver si la situation le permet."

"Un appel à la responsabilité"

Jean-Yves Le Drian a, de son côté, appelé les Français à "ne plus voyager" en dehors de la France. "C'est un appel à la responsabilité. Chacun a conscience que ce virus circule et qu'on a tous une part à prendre", a abondé Jean-Baptiste Djebbari. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a elle aussi déconseillé tous les voyages non essentiels. "Les motifs permis sont professionnels, de regroupement familial ou pour aller porter assistance à quelqu'un de sa famille, explique le ministre. Ce ne sont pas des vacances. Nous avons cinq fois moins de personnes qui viennent en Europe depuis les frontières extérieures qu'habituellement."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.