Vacances d'été : dans les coulisses d'un hôtel-club à Anglet

Publié
Vacances d'été : dans les coulisses d'un hôtel-club à Anglet
FRANCE 3
Article rédigé par
A. Jacquet, J. Ababsa, A. Lopez - France 3
France Télévisions

Focus, mercredi 10 août, sur la mécanique d'un hôtel-club à Anglet. La cadence est très soutenue pour satisfaire le millier de clients qui arrive par semaine, en quête d'évasion et d'animation.

À l'hôtel-club d'Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques, la séance d'aquagym est un classique. L'établissement est une ville dans la ville, qui accueille chaque année plus de 110 000 clients. Piscine, électricité ou encore plomberie, Frédéric Fourny, le responsable technique, gère tout. "Moi, j'habite juste dans l'appartement qui est là-haut", montre-t-il. L'hôtel-club compte 20 personnes en CDI, et près de 130 saisonniers. Une petite armée, qui s'active en coulisses dès le matin, pour nettoyer les chambres des six étages.

Tout une équipe aux commandes

Le métier de gouvernante est physique, et chronométré. "Pour une chambre, on met environ une heure, donc si on perd du temps sur un truc, ça va répercuter sur la journée", confie Emelyne Peguillat. Le rythme soutenu n'empêche pas d'apprêter aux détails. Les chambres terminées, les touristes prennent d'assaut la réception. En hôtel-club, la location se fait souvent du samedi au samedi. Le week-end, c'est donc le grand chassé-croisé des vacanciers, de quoi déborder un peu la réceptionniste, qui reste souriante. "C'est très important, la première impression", explique Anna Spencer.

Pour un couple, il faut compter 1 400 euros par semaine en demi-pension. Chacun reçoit un bracelet, qui permet d'accéder au restaurant et aux activités, tels que des quizz musicaux, du yoga ou du tennis de table. À Anglet, un club de surf est également partenaire de l'hôtel, et permet, moyennant un supplément, de suivre des cours. En cuisine, Karim Boukili s'active : plus de 900 repas sont servis par jour. Le soir enfin, les animateurs s'occupent de l'ambiance. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.