Canicule : records de chaleur

2018 est une des années les plus chaudes de ces dernières années. Un phénomène de chaleur qui a gagné en intensité dans l’hexagone, les Français doivent s’adapter.

La France transpire à grosses gouttes. Il fait 38 degrés vendredi 3 août à Bagnols-sur-Cèze (Gard), et il n’y a personne dans les rues. "On est mal, on n’est pas bien là, on sent qu’on se déshydrate, on a chaud, on a envie de boire", raconte une femme. "Dans les appartements, on a 43 donc on ne peut pas rester", explique un autre homme assis sur un banc.

Les travailleurs touchés

À Bordeaux (Gironde), les professions qui travaillent en extérieur sont les plus touchées. Impossible d'avancer, par exemple, pour ces hommes qui travaillent sur les toits, les rayons du soleil font encore plus de dégâts, impossible également de toucher les objets en zinc ou les outils. Sur les chantiers, on ne travaille pas quand le soleil est au zénith et des bouteilles fraîches attendent dans le camion.
À Dijon (Côte-d'Or), même combat pour les animaux, les agriculteurs ont mis en place des ventilateurs avec brumisateur : un gain de température estimé à 12°C. Enfin EDF a coupé une de ses centrales nucléaires, et les glaciers se frottent les mains. Le seul plaisir que l’on peut tirer de ces chaleurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le thermomètre a affiché plus de 40 degrés à Lille (Nord), le 27 juillet 2018.
Le thermomètre a affiché plus de 40 degrés à Lille (Nord), le 27 juillet 2018. (MAXPPP)