Cet article date de plus d'onze ans.

Science ou souvenirs : les techniques pour sortir du coma

En entendant Adele, une petite fille se réveille du coma. Une chanson peut-elle faire rouvrir les yeux ? Les médecins parlent plutôt électrode et IRM... Tour d'horizon des techniques pour réveiller une personne plongée dans le coma. 

Article rédigé par Floriane Louison
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Après quatre semaines de coma, les chances de se réveiller deviennent quasi nulles.  (IAN HOOTON / I3H / AFP)

[Cet article comportait des erreurs ou des approximations, il a été modifié le 25 juin 2012, après sa première publication le 23 juin 2012.]

Le 19 juin 2012, l'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, tombe dans le coma. Quelques jours après, une petite fille, Charlotte, se réveille. Avec elle, de nombreuses histoires refont surface. Entre Terry Wallis, un Américain réveillé après dix-neuf ans de coma, et Ariel Sharon, plongé dans un sommeil de mort-vivant depuis 2006, une question se profile : comment sort-on du coma ? 

• Une goutte de parfum, une chanson, un mot d'amour : les remèdes de grands-mères

"Chaque jour, les médecins installent Ariel Sharon pour qu’il regarde une télévision dont nul ne sait s’il peut réellement la voir ou l’entendre", décrit une journaliste du Sunday Telegraph, cinq ans après l'arrêt cérébral qui a plongé l'ancien Premier ministre israélien dans le coma (voir l'article en français dans Courrier international). "On lui apporte régulièrement de sa vaste propriété du sud d’Israël des fleurs sauvages fraîches qui étaient les préférées de sa défunte femme, continue-t-elle. La radio est souvent allumée sur une station de musique classique dans l’espoir que les mélodies qu’il aimait tant puissent avoir un effet sur lui." En vain. 

Pourtant, il y a de l'idée. Une goutte de parfum, un mot d'amour, une chanson peuvent réveiller un mort. Même dans la vraie vie. L'histoire de Charlotte est révélatrice. Victime d'une rupture d'anévrisme, dans le coma depuis huit jours, cette Anglaise de 7 ans est condamnée par les médecins. Une dernière fois, sa mère la serre dans ses bras en fredonnant Rolling in the Deep d'Adele qui passe à la radio. Et là, comme dans une happy end hollywoodienne, la petite fille se met à sourire, puis à chanter et se réveille complètement.

Le coma est une altération totale ou partielle de la conscience. Selon la gravité de cette altération, on distingue plusieurs stades de coma. L'échelle de Glasgow est une méthode qui permet d'apprécier la profondeur d'un coma : il faut distinguer l'état de conscience minimale et l’état végétatif, également appelé syndrome d'éveil non répondant. Dans le premier cas, le patient perçoit ce qui l'entoure et peut réagir à certaines stimulations extérieures, jusqu'à se réveiller. Dans l'autre, non : seules les fonctionnalités primaires du cerveau fonctionnent. Par exemple, la personne entend mais son cerveau ne peut pas traiter le son, l'associer à un souvenir. Inutile donc de venir le border avec sa chanson préférée.

• Electrode et somnifère : les remèdes des médecins

En 2003, Terry Wallis, un Américain, se réveille à 39 ans après dix-neuf années de coma. Comme premier mot, il dit "maman". Sa mère venait de lui parler, mais les mots doux maternels n'expliquent pas cette guérison miraculeuse. Les chercheurs parlent d'une repousse nerveuse des axones des neurones non détruits dans le cerveau du patient. En bref, le cerveau abîmé pourrait se régénérer. 

Ce phénomène s’appelle la plasticité cérébrale. Les recherches se multiplient sur ce sujet : l’idée est d'implanter une électrode pour stimuler une région clé du cerveau.

En attendant les progrès de la science, il existe déjà des traitements médicamenteux. Ils ont des effets très variés. Parfois ils réveillent, d'autres fois, ils ne semblent susciter aucune réaction. Les scientifiques ne comprennent pas vraiment comment ils agissent. La preuve : parmi les plus efficaces, il y a le Zolpidem, un somnifère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.