Rêves d'Himalaya : De Salleri à ‪Melamchigaon, plus de 300 km à vélo

Dans le 7e épisode de "Rêves d'Himalaya", Stéven Le Hyaric et Pehuen Grotti accomplissent une étape marathon de plus de 105 km avec 3500 mètres de dénivelé positif.

FRANCEINFO

Depuis le départ, la ferveur autour du vélo est grande. "Je n’aurai jamais cru avoir autant de gens qui m’interpellent, me saluent, poussent des cris, m’encouragent ou veulent tout simplement savoir ce que je fais là avec mon vélo en plein milieu du Népal", raconte Stéven Le Hyaric.

La plupart du temps, les Népalais sont surpris, viennent essayer de toucher le vélo, les pneus, les vitesses. Il faut dire que le taux de Népalais possédant un vélo doit être sous la barre des 5% dans un pays qui ne compte que depuis peu des routes sur une large partie du territoire. Et puis, c’est culturel et social, le vélo n’est pas le sport national au Népal, on joue au cricket, au football mais pas au vélo.

Côté aventure, cette semaine a été très riche en kilomètres et en dénivelé, la plus riche depuis le départ. Il faut dire que l'équipe est repartie très remontée de Salleri avec l’envie de gagner du temps et de retrouver des sensations sur le vélo.

Ce fut chose faite avec de grosses journées de 70, 50 et plus de 105 km à Ngawang, une étape marathon avec 3500 mètres de dénivelé positif. Stéven n’avait réalisé cette distance qu’une fois dans sa vie.

Une dernière étape très difficile entre Melamchi et Melamchigaon ‪clôt presque la mi-aventure de ce projet Rêves d’Himalaya. Déjà plus de 730 km et presque 50 000 mètres de dénivelé positif parcourus !

Stéven Le Hyaric a roulé à VTT sur des routes, mais aussi sur des chemins ou à travers des rivières.
Stéven Le Hyaric a roulé à VTT sur des routes, mais aussi sur des chemins ou à travers des rivières. (FRANCEINFO)