Non, une école de Montargis n'est pas privée de père Noël à cause des musulmans

Cette rumeur, partagée sur les réseaux sociaux depuis début décembre, est non seulement fausse, mais elle date de 2012. Francetv info rétablit la vérité sur ce "hoax" de Noël.

Des enfants entourent le père Noël à la veille des fêtes de fin d\'année.
Des enfants entourent le père Noël à la veille des fêtes de fin d'année. (ANDRESR / E+ / GETTY IMAGES)

Le père Noël est un personnage entouré de légendes. Mais pas toujours celles que l'on croit. A Montargis (Loiret), une rumeur autour du bonhomme au manteau et bonnet rouge circule depuis deux ans. Sous la pression de familles musulmanes, les enfants de l'école maternelle du Grand-Clos seraient privés de la visite du père Noël.

Cette histoire surgit dans les médias et les réseaux sociaux le 5 décembre 2012. Elle est finalement démentie, Noël passe, et la polémique avec. Mais depuis le 8 décembre 2014, cette fausse information réapparaît, à l'approche de Noël, sur Facebook ou Twitter. Des forums ou des sites d'extrême-droite la reprennent en la datant de 2014.

(DR)

Francetv info raconte la véritable histoire du père Noël de Montargis, qui est bel et bien passé à l'école du Grand-Clos.

Un message ambigu mal interprété

Tout commence par un message de la directrice de l'école en 2012. La jeune femme remplace la directrice actuelle, partie en congés de formation professionnelle durant un an. Elle décide, à l'automne 2012, d'organiser un événement différent du spectacle traditionnel de Noël. Pour justifier sa décision, elle transmet dans le carnet de liaison des élèves le mot suivant, que francetv info s'est procuré.

( DR )

"Dans le projet initial, l'école avait fait le choix de financer un spectacle de marionnettes plutôt qu'une intervention du Père Noël. En définitive, les deux actions ont eu lieu en 2012, confirme à francetv info, lundi 15 décembre, Denis Toupry, inspecteur de l'académie d'Orléans-Tours, dont dépend Montargis. Clairement, le père Noël ne renvoie à aucune croyance." De fait, cette tradition trouve ses origines en Europe du Nord, avant d'être popularisée aux Etats-Unis, notamment par Coca-Cola qui s'est servi de ce symbole pour vendre ses boissons. Toutefois, si le père Noël n'est associé à aucune religion, le message de la directrice est ambigu sur ce point, et alimente les fantasmes. "Certains enfants croient au père Noël, d’autres non, se défend alors la directrice, interrogée par La République du Centre. Si j’avais voulu parler de religion, j’aurais écrit 'religion'." 

Un témoignage anonyme déclenche la polémique

Mais la rumeur ne tarde pas à se former. "'Je suis allée voir la directrice pour comprendre cette annulation, raconte la mère d'une petite fille souhaitant garder l'anonymat. Et elle m'a expliqué qu'elle ne voulait pas se faire taper sur les doigts par certaines familles de musulmans." Tirée d'un article du Parisien, cette citation est reprise par RTL... et rapidement par Dreuz.info, un site qui se revendique comme étant pro-américain, pro-israélien et néo-conservateur. Puis, elle se propage sur les réseaux sociaux.

Impossible de savoir si ce témoignage est vrai. La directrice de l'école en poste en 2012 n'est pas joignable. Mais ces propos rapportés deviennent un motif "officieux" pour justifier l'annulation de la visite du père Noël. Du côté de l'académie d'Orléans-Tours, on avance une autre explication. Officiellement, le motif d'annulation de la venue du père Noël est "d'ordre financier". La décision aurait été prise le 26 octobre, lors du conseil d'école. Une justification balayée par le maire UMP de Montargis. "Chaque année, la ville attribue une somme aux écoles pour financer les festivités organisées pour Noël", explique à francetv info Jean-Pierre Door. Ainsi, le père Noël est bien venu à l'école du Grand-Clos en 2012. "J'étais présent. C'était un membre de la mairie qui s'était déguisé", assure-t-il.

L'édile n'a jamais eu la confirmation de pressions exercées par une ou plusieurs personnes sur la directrice. "J'ai entendu dire qu'elle avait reçu des messages anonymes. Je pense qu'elle a paniqué", confie-t-il. Des "on dit" classiques qui constituent le point de départ d'une rumeur. En 2012, les seuls parents d'élèves qu'il reçoit sont ceux qui se plaignent du message diffusé dans le carnet de liaison. Et à la connaissance de l'inspecteur d'académie, la directrice n'est "menacée" que par des "personnes s'offusquant de l'absence du père Noël". Quant à la directrice actuelle, elle affirme à francetv info qu'elle n'a jamais subi de pressions de la part de parents musulmans autour de la fête de Noël.

Une rumeur difficile à stopper

Mais aujourd'hui encore, la rumeur est alimentée. Par qui ? Ni la directrice, ni le maire ne le savent. Mais ils sont agacés de voir cette fausse information resurgir. Et surtout, de devoir, encore cette année, démentir plusieurs fois par jour. Jean-Pierre Door reçoit ainsi des dizaines de mails, de toute la France, mais pas seulement. Voici, par exemple, un échange avec une habitante du Québec (Canada).

 

(DR)

Entre le 6 et le 13 décembre 2014, la directrice de l'école maternelle du Grand-Clos a reçu des mails "agressifs" et des appels téléphoniques "plein de reproches". "Quand on explique que c'est faux, les gens deviennent réceptifs. Mais répondre, c'est une perte de temps", soupire-t-elle. Elle ne rêve que d'une fête tranquille avec les enfants de l'école. Le père Noël, l'a semble-t-il, entendue : comme en 2012 et en 2013, il rend visite aux enfants de l'école mardi 16 décembre dans l'après-midi.