Cet article date de plus de dix ans.

Les dauphins se sifflent pour se saluer

Deux chercheurs écossais ont pu enregistrer ces cétacés dans leur milieu naturel et ainsi confirmer une hypothèse émise dans les années 1960.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les grands dauphins sifflent pour s'identifier, affirme une étude. (JUPITERIMAGES / COMSTOCK IMAGES / AFP)

Les dauphins peuvent-ils s'identifier ? Oui, selon une étude de deux chercheurs de l'université de Saint Andrews, en Ecosse. Les grands dauphins émettent une signature sifflée quand ils se croisent, selon cette étude, qui doit être publiée mercredi 29 février par la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B. Le signal propre à chaque individu est utilisé pour s'identifier quand deux groupes se rencontrent en mer.

Les chercheurs ont utilisé des hydrophones pour enregistrer de grands dauphins, aussi appelés dauphins siffleurs, au large de la côte nord-est de l'Ecosse. L'analyse des enregistrements montre que les dauphins (l'un des animaux préférés des Français) émettent des éléments d'identification à travers une signature sifflée quand ils rencontrent d'autres groupes.

Le grand dauphin peut copier des sons

A première vue, les sifflements semblent identiques. Mais, analysés plus en profondeur, on observe des variations propres à chaque individu. Une sorte de chef de bande émettrait un signal identifiant son groupe quand il en rencontre un autre. D'autres sifflements pourraient avoir trait à la répartition des rôles pour la chasse ou à l'identification d'individus pour se reproduire.

Le grand dauphin est l'une des rares espèces à pouvoir inventer ou copier des sons. Il partage cette capacité avec des oiseaux, les baleines, les phoques et les chauves-souris. Autant d'espèces où les mâles apprennent des chansons pour attirer les femelles.

Sifflement ou morse ?

L'hypothèse d'une signature par un sifflement n'est pas nouvelle, rappelle Le Figaro, et a déjà été "émise dans les années 1960 à partir de l'étude d'animaux en captivité". Le quotidien relaie les réserves de Michel André, professeur à l'université polytechnique de Catalogne, à Barcelone. En mer, les sons sont complètement déformés et varient selon la salinité, la pression, la profondeur d'où ils sont émis et la distance entre l'émetteur et le récepteur.

A distance, "les sifflements perdent certaines composantes. Il ne reste plus alors que les fréquences dominantes qui ressemblent, à une certaine distance, à des signaux en morse", explique Michel André. Pour lui, ce n'est pas le sifflement, mais le rythme des impulsions sonores qui donnerait le code.

Pollution sonore et surdité

Quoi qu'il en soit, la communication des dauphins reste en grande partie un mystère. Notamment parce qu'il est difficile d'étudier les animaux dans leur environnement naturel.

Pour les écouter, une quinzaine d'hydrophones ont été placés au fond des océans. Il est d'ailleurs possible d'écouter les enregistrements en direct. Ce projet de l'université polytechnique de Catalogne vise à étudier l'impact des bruits dus à l'activité humaine sur les grands mammifères. Cette pollution sonore, causée notamment par le trafic maritime, peut en effet rendre sourds ces animaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Découverte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.