Manifestations du 1er-Mai : "Les black blocs sont bien plus difficiles à repérer pour les services de renseignement"

Sylvain Boulouque, spécialiste de la gauche radicale, décrypte pour franceinfo les techniques utilisées par ce mouvement aussi complexe que multiple.

Des black blocs lors de la manifestation du 1er-Mai, à Paris.
Des black blocs lors de la manifestation du 1er-Mai, à Paris. (DAVID SPEIER / NURPHOTO)

Phénomène mal connu en France, les black blocs sont devenus la hantise des autorités depuis les heurts lors de la manifestation parisienne du 1er-Mai. Leur nombre, autant que leurs méthodes, intriguent. Profils, chefs potentiels, techniques, nationalités... Difficile d'obtenir des informations concernant ce groupe loin d'être homogène.

Pour tenter d'y voir plus clair, franceinfo a interrogé Sylvain Boulouque, spécialiste de la gauche radicale, auteur de la note La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017) à la Fondation pour l’innovation politique. 

Franceinfo : Existe-t-il un profil-type des black blocs ?

Sylvain Boulouque : Un profil-type est difficilement définissable. Les black blocs existent depuis la fin des années 1980. C’est un mouvement qui a été créé en Allemagne. Mais les pratiques avec cette violence, les cagoules ou les foulards sur la tête pour éviter de se faire reconnaître, existent depuis les années 1970. Ils possèdent vraiment plusieurs profils. On y retrouve des personnes qui ont la quarantaine, d’autres la trentaine et ceux qui se sont fait arrêter lors de la manifestation du 1er-Mai ont plutôt dans les 20 ans, voire sont lycéens.

Ils ont des parcours politiques très différents, certains se réclament anarchistes, d’autres marxistes mais on y trouve aussi des écolo-radicaux, des animalistes, des végans, des antifascites… Ce sont des militants appartenant aux sphères des gauches radicales. Il y a également une porosité entre certains groupes politiques et les black blocs, mais difficile pour autant de dire que cela favorise leur essor… Il s’agit d’une forme de pratique révolutionnaire. 

Qu’est-ce qui motive ces mouvements ?

Il y a un terreau idéologique commun, c’est l’anticapitalisme. Leur objectif est de procéder à des actions par cette propagande, et essayer d’éveiller la conscience de la population pour dire que ce système capitaliste n’est pas viable. Ils vont s’en prendre à certains symboles. Il y a des différences dans le projet de société qu’ils envisagent. Il y a un accord global pour dénoncer la malbouffe et pour s’en prendre à un McDonald’s, pour dénoncer la finance en s’en prenant à des banques, pour dénoncer les signes extérieurs de richesse en s’en prenant à des voitures de luxe, ou pour dénoncer l’Etat policier, en s’en prenant aux forces de l’ordre. On peut noter que dans les projets de société, les groupes ont quelques différences.

Dans chaque groupe, on retrouve des personnalités marquantes. Mais ce qui les caractérise, c'est qu'il n’y a pas de chef, de dirigeant et, d’ailleurs, ils n’ont pas intérêt à dévoiler leur identité, car ils risqueraient de se retrouver en prison. En agissant en groupe, ils sont bien plus difficiles à repérer pour les services de renseignement. Ils communiquent par des réseaux sociaux cryptés. Ils se servent de toutes les nouvelles technologies.

Certains black blocs du 1er-Mai venaient-ils de l’étranger ?

C’est un phénomène européen, voire mondial. Il y a des déplacements à travers les frontières. Chaque pays envoie des contingents, et cela se fait de manière spontanée. A Paris, il y avait peut-être des black blocs allemands, irlandais, italiens… Quelques zadistes ont dû participer à la manifestation parisienne du 1er-Mai, mais même s’il y a une porosité entre les zadistes de Notre-Dame-des-Landes, cela ne veut pas dire que ce sont les mêmes qui étaient à Paris.

En France, on dénombre quelques centaines de black blocs, voire quelques milliers, avec potentiellement un foyer élargi à plus d’une dizaine de milliers. Je ne sais pas si ce mouvement est amené à s’étendre. Mais comme le gouvernement apporte des fins de non-recevoir aux différentes revendications actuelles, une partie de la population risque de se radicaliser, en se disant : "On va choisir d’autres moyens d’actions".