Une poupée destinée à l'éducation sexuelle à la cour de Louis XVI vendue 16 000 euros

L'objet a été réalisé pour le cercle des courtisans et il était destiné à l'éducation sexuelle des jeunes gens de la cour.

Une poupée de la cour de Louis XVI vendue aux enchères à Lyon, le 17 novembre 2017.
Une poupée de la cour de Louis XVI vendue aux enchères à Lyon, le 17 novembre 2017. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

"Une poupée hors normes", selon le commissaire-priseur. Le jouet de 36 centimètres de haut de la cour de Louis XVI, aux seins proéminents et au sexe marqué sous son jupon de taffetas de soie, a été vendu, vendredi 24 novembre, aux enchères 16 000 euros par la maison Ivoire à Lyon.

C'est bien mieux que l'estimation initiale : 2 000 à 5 000 euros. L'objet de curiosité a été réalisé pour le cercle des courtisans et il était destiné à l'éducation sexuelle des jeunes gens de la cour. L'acquéreur est un collectionneur particulier français.

Ces jouets pour adultes, qui représentent l'esprit et la mode de la fin de l'Ancien régime, ont été dispersés et perdus au moment de la Révolution. "Ce type d'objets ne traverse pas les siècles, habituellement", explique Rémy Rousselot, le commissaire priseur.

Une représentation de Marie-Antoinette ?

"Cette poupée royale était dans la famille d'un collectionneur particulier lyonnais depuis l'époque de Louis XVI. Il se pourrait aussi, mais rien n'est confirmé, qu'elle figure Marie-Antoinette et soit liée à la célèbre affaire du 'collier de la reine'" qui a notamment inspiré Alexandre Dumas. "Son vêtement correspond au style vestimentaire de Marie-Antoinette, selon l'iconographie connue, et le dévoilement de son intimité pourrait être une moquerie", ajoute le commissaire.

François Theimer, auteur d'un ouvrage de référence, Les Poupées royales au temps de la cour de Louis XVI, recense seulement une trentaine de pièces similaires. Il raconte aussi que l'une des plus grandes collections, détenue par une Américaine, est partie en fumée dans un incendie.