Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Notre-Dame, Beaubourg, le Louvre : ces lieux de Paris qui étaient envahis par les voitures il n'y a pas si longtemps

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Paris sans voitures
Paris sans voitures Paris sans voitures
Article rédigé par Louis Boy
France Télévisions

La capitale organise sa troisième "Journée sans ma voiture", dimanche 1er octobre. Celle-ci concernera pour la première fois toute la capitale.

Marcher sur la chaussée des Champs-Elysées : c'est ce que peuvent faire les Parisiens depuis deux ans à l'occasion de la journée sans voitures, dont la troisième édition, dimanche 1er octobre, sera pour la première fois étendue à tout Paris. Mais cette possibilité pourrait-elle devenir une habitude ? On l'oublie, mais de nombreuses zones de la capitale aujourd'hui interdites aux véhicules servaient encore de parkings géants il y a quelques décennies.

La fin des voitures a transformé la place de la République

Des photos prises par un touriste américain en 1968, et mises en ligne depuis, montrent par exemple un visage bien différent du centre historique de Paris. Il photographie des voitures garées juste devant la cathédrale Notre-Dame, sur toute l'étendue de la place Vendôme, et même dans la cour du Louvre, là où se trouve aujourd'hui la fameuse pyramide. Autant de lieux devenus des esplanades remplies de touristes, qui n'auraient pas pu y déambuler à l'époque.

Très contesté à sa création pour son architecture futuriste, le Centre Pompidou a aussi participé à faire disparaître la voiture du quartier de Beaubourg, puisque la place où il s'élève servait auparavant de parking en plein air.

Mais les exemples les plus récents et les plus évidents sont ceux des voies sur berges, devenues un lieu de promenade à pied, et de la place de la République, qui était encore une immense rond-point avant sa rénovation en 2013, qui l'a rendue en grande partie piétonne. Le public s'est vite emparé de ce nouvel espace : c'est là qu'il s'est réuni en masse après les attentats de janvier et novembre 2015, ou encore pendant le mouvement Nuit debout l'année suivante.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.