Cet article date de plus de sept ans.

En images Rond-point, mémorial, agora : les mille et unes vies de la place de la République à Paris

Article rédigé par Vincent Daniel
France Télévisions
Publié Mis à jour

Depuis les attentats de janvier et novembre 2015, la place de la République a changé de dimension. Grâce à un réaménagement qui laisse des espaces vides et à une piétonisation d'une partie de la place, manifestants, Parisiens et touristes s'approprient l'endroit. Dernier exemple en date : le mouvement "Nuit Debout" qui s'y est installé.

Depuis les attentats de janvier et novembre 2015, la place de la République a changé de dimension. Grâce à un réaménagement qui laisse des espaces vides et à une piétonisation d'une partie de la place, manifestants, Parisiens et touristes s'approprient l'endroit. Dernier exemple en date : le mouvement "Nuit Debout" qui s'y est installé.

Avant son réaménagement, débuté en 2011, la place de la République est bruyante et polluée. Voitures, motos et scooters circulent sur plus de six voies et dans les deux sens. (VINH LUU / MAIRIE DE PARIS)
Le monument à la République et sa cèlèbre statue de Marianne n'est alors qu'un gigantesque rond-point.  (VINH LUU / MAIRIE DE PARIS)
Le sol de cette place haussmanienne de 300 mètres par 120 mètres était "bombé", se souviennent Pierre-Alain Trévelo et Antoine Viger-Kohler, architectes du cabinet TVK qui ont conçu le réaménagement de la place, interrogés par France Culture.  (SOPHIE ROBICHON / MAIRIE DE PARIS)
L'idée des architectes est donc de créer une grande surface horizontale "neutre", ainsi que des "sous-lieux" pour favoriser différents usages de la place.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)
"Il faut pouvoir avoir un seul espace continu et sans obstacle pour qu'on puisse l'occuper", disent Pierre-Alain Trévelo et Antoine Viger-Kohler. Après deux ans de travaux, la nouvelle place de la République est inaugurée en juin 2013.  (MARC_VERHILLE / MAIRIE DE PARIS)
Mais la place trouve rapidement ses adeptes. Les enfants s'emparent du miroir d'eau, les skaters profitent de l'espace, on s'y donne rendez-vous, on s'assoit "aux pieds de la République"...  (VINCENT WARTNER / 20 MINUTES / SIPA)
Après deux ans de travaux, la nouvelle place de la République est inaugurée en juin 2013. A l'époque Libération y voit une "une esplanade d’une infinie platitude, une dalle lisse pavée de trois nuances de gris minéral".  (VINCENT WARTNER / 20 MINUTES / SIPA)
Pro-Khurdes, pro-Palestiniens, pro-Tibétains s'installent parfois aux côtés de tentes dressées par l'association Droit au logement. Sans pour autant bloquer la place. "Les manifestants ne sont pas moins importants que les skaters mais les skaters ne le sont pas moins que les manifestants", estime Pierre-Alain Trévélo. (BERTRAND GUAY / AFP)
Avant son réaménagement, la place accueillait déjà rassemblements statitiques et manifestations transitant par "Répu". Mais le nombre d'événements a depuis largement augmenté (195 recensés par la préfecture de police en 2011 contre près de 300 en 2015).  (MAXPPP)
Le 7 janvier 2015, après l'attentat qui décime Charlie Hebdo, les Parisiens se rassemblent spontanément place de la République. Les locaux de l'hebdomadaire étaient pourtant plus proche de la place de la Bastille, mais celle-ci est encore un carrefour dédié aux voitures.  (JOEL SAGET / AFP)
Et c'est de là que part la marche contre le terrorisme, le 11 janvier, qui réunit entre 1,3 et 1,5 million de manifestants à Paris.  (YOUSSEF BOUDLAL / REUTERS)
Crayons, fleurs, bougies... Le socle de la statue devient un mémorial où chacun peut venir se recueillir.  (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)
Le même phénomène se produit après les attentats du 13 novembre. La place incarne la mémoire des victimes des attentats. On rallume les bougies, on rafraîchit les fleurs. Des bénévoles entretiennent le mémorial improvisé.  (JACKY NAEGELEN / REUTERS)
"Il fallait rendre l’esplanade aux Parisiens, et les laisser se l’approprier", explique au Monde Pierre Alain Trévelo. Avec ce vaste espace piéton, "la place devait pouvoir accueillir les grands événements mais aussi les petites choses, plus intimes", rajoute Antoine Viger-Kohler. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)
On s'appropie la place, la statue... Jusqu'aux palissades du café en travaux après un incendie. "Fluctuat nec mergitur" (Il est battu par les flots, mais ne sombre pas), la devise de Paris, y est taguée. (ROLLINGER-ANA / ONLY FRANCE / AFP)
"Le vide appelle l'activité humaine. Nous avions souhaité le garder en faisant le pari que l'avenir trouverait des usages auxquels nous n'avions pas forcément pensé", explique Pierre Alain Trévelo au Huffington Post. L'avenir lui a donné raison.  (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)
  (? PHILIPPE WOJAZER / REUTERS / X00303)
Depuis plus de quinze jours, les participants à "Nuit Debout" se réunissent et débattent. Sans pour autant entraver la vie de la place de la République : le café est ouvert, les skateurs font du skate...  (MAXPPP)
Si des débordements et des dégradations ont eu lieu dans la nuit du 15 mars, en marge de "Nuit Debout", dans le nord-est de Paris, à l'occasion de manifestations sauvages, le rassemblement se déroule globalement dans le calme. Il reste toutefois encadré par les forces de l'ordre présentes en nombre sur la place. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.