Réforme du lycée professionnel : avec son bac pro aéronautique, l'Aérocampus Aquitaine fait figure d'exemple

À l'occasion de la remise d'un rapport, jeudi, sur la valorisation de la voie professionnelle dans l'éducation nationale, franceinfo a visité le lycée de Latresne, en Gironde, situé sur l'Aérocampus Aquitaine. Un modèle qui fonctionne. 

FRANCEINFO

Après avoir annoncé la réforme du baccalauréat général, le ministre de l'Éducation nationale reçoit jeudi 22 février un rapport pour valoriser la voie professionnelle. Un tiers des élèves sont scolarisés en lycée. Contrairement aux idées reçues sur cette filière pro, l'établissement de Latresne (Gironde), près de Bordeaux, spécialisé dans l'aéronautique, n'est pas à une voie de garage, loin s'en faut. Plus de la moitié des élèves en sortent avec une promesse d'embauche.

Filière très sélective

Le niveau des élèves du lycée professionnel de Latresne est à faire pâlir n'importe quel enseignant. Les lycéens ont été sélectionnés sur leur moyenne générale de classe de troisième. "J’avais 13,5/20 de moyenne", dit un élève, "16,5/20" renchérit un autre. "J’avais 17,5/20", se rappelle fièrement un de leur camarade.

Pour entrer dans ce lycée professionnel, seul un candidat sur six est retenu. Les élèves, passionnés d'aviation, viennent de toute la France pour suivre un baccalauréat professionnel aéronautique. Ils ont l'ambition de devenir mécanicien ou technicien sur des avions, des hélicoptères, voire même des fusées. En plus des salles de classes habituelles, les lycéens suivent des cours dans un hangar entourés d'hélicoptères de chasse et d'avions. Ils ont par exemple la possibilité d'apprendre à poncer directement sur le train d'atterrissage d'un hydravion.

Lycéens et professionnels au même endroit

Le lycée a gagné sa renommée en s'installant au cœur d'Aérocampus Aquitaine, qui forme autant des lycéens que des professionnels de Thales, d'Airbus, ou même d'entreprises étrangères. "Aujourd’hui, il y a douze écoles qui se complètent sur l'aérocampus, explique le directeur général Jérôme Verschave. On a des pilotes de drones, des hôtesses de l’air, des stewards. On a des instituts de soudure, on a du traitement d’images satellites."

Le fait de côtoyer des adultes professionnels change tous les lycéens. "Ils font cours à côté de nous, se réjouit Marie, élève de terminale. On vit tous ensemble." 

On nous considère comme des jeunes professionnels. On nous donne des responsabilités.

Florian, élève de terminale au lycée professionnel de Latresne

à franceinfo

L'établissement affiche 100% de réussite au bac. Plus de la moitié des élèves obtiennent une mention bien ou très bien et sortent avec des promesses d'embauche. Cette réussite prouve que le modèle fonctionne. Jérôme Verschave, le directeur général d'Aérocampus Aquitaine  est persuadé qu'on peut "le dupliquer". Il souligne le côté hybride de son campus. "Nous ne sommes pas un lycée. Nous sommes une association qui abrite un lycée" distingue-t-il.

Un campus similaire est en projet, dans le milieu maritime. Un secteur, comme l'aéronautique, qui cherche à recruter.

Des élèves du lycée professionnel de Latresne (Gironde), en février 2018.
Des élèves du lycée professionnel de Latresne (Gironde), en février 2018. (SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE)