Cet article date de plus d'un an.

Vidéo L'ornithorynque, la chimère du règne animal ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Il a un bec de canard, une queue de castor, un pelage de loutre et il pond des œufs… Voici l'un des mammifères les plus étranges : l'ornithorynque.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Il a un bec de canard, une queue de castor, un pelage de loutre et il pond des œufs… Voici l'un des mammifères les plus étranges : l'ornithorynque.

C'est l'un des mammifères les plus étranges du règne animal... mais également un chasseur parfaitement adapté à son environnement. Vivant uniquement en Tasmanie et dans l'est de l'Australie, l'ornithorynque ressemble à une chimère par bien des aspects : bec de canard, queue de castor, pattes palmées, pelage de taupe... C'est aussi l'un des seuls mammifères à pondre des œufs.

Pour survivre au bord des cours d'eau, il possède plusieurs atouts. Pour chasser ses proies aquatiques, il n'utilise ni ses yeux, ni ses oreilles. C'est son bec qui lui sert de radar. Celui-ci est équipé de milliers de récepteurs sensibles à la pression et aux impulsions électriques. Même de nuit ou en eaux troubles, cela lui permet de détecter les crustacés, les petits vers, les larves d'insectes dont il se nourrit. Autre atout : ses larges pattes palmées. Dans l'eau, ses deux pattes avant permettent la propulsion alors que les deux pattes arrière lui servent de gouvernail.

Malgré sa petite taille, il peut nager à une vitesse de 3 à 4 km/h. Une fois sur terre, ses palmes se replient et il utilise ses griffes solides pour marcher et creuser des abris. L'ornithorynque possède aussi une arme secrète : un éperon pointu accroché à chaque cheville arrière et relié à une glande à venin. Alors que les femelles les perde généralement très tôt, les mâles les utilisent pour se défendre face aux prédateurs et pour affronter d'autres mâles en période de reproduction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Naissance d'animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.