Les Etats-Unis parachutent des souris à Guam pour tuer des serpents

Equipés de parachutes en carton, deux mille rongeurs ont été largués depuis des hélicoptères, dimanche. Objectif : éradiquer des serpents menaçant l'écosystème local.

Un serpent brun arboricole sur l\'île de Guam.
Un serpent brun arboricole sur l'île de Guam. (USGOV / CC / WIKIPEDIA)

Des souriceaux en parachute dans le ciel du Pacifique. Déclarant la guerre à une invasion de serpents bruns arboricoles, les autorités de Guam ont décidé de "bombarder" cette île du Pacifique à l'aide de souriceaux, injectés d'un banal analgésique qui a pour effet d'empoisonner les reptiles. Deux mille animaux morts-nés ont ainsi été largués sur l'île américaine, avec des parachutes en carton et papier de soie, dimanche 1er décembre, indique le site de la chaîne américaine NBC News.

Il s'agit de la quatrième - et plus massive - offensive menée depuis le début de l'année. La variété de serpent ciblée, qui aurait été introduite par inadvertance dans l'île vers la fin de la Seconde Guerre mondiale par des bâtiments de l'US Navy, est devenue une véritable plaie, tenue pour responsable de la disparition des populations d'oiseaux endogènes de Guam. Il est également reproché aux reptiles de causer des coupures d'électricité.

Les autorités chargées de la protection de la faune redoutent depuis des années que ces reptiles, qui n'ont pas de prédateurs naturels à Guam et dont le nombre atteindrait deux millions, n'atteignent un jour d'autres îles du Pacifique, dont Hawaï, située à 6 400 km plus à l'est.