Réchauffement climatique : la stratégie de l'araignée

L'araignée d'eau recycle naturellement le dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre. Un industriel, très gros émetteur de CO2, va bientôt piloter un projet consistant à s'inspirer de l'arachnide.

France 3

Pour chaque tonne d'acier produite, près de deux tonnes de CO2. L'usine ArcelorMittal de Dunkerque (Nord) est le plus gros producteur de gaz à effet de serre d'Europe : 12 millions de tonnes de dioxyde de carbone sont rejetées dans l'atmosphère chaque année. Le projet européen "3D" vise à inverser cette tendance. "Le projet '3D' consiste à récupérer les gaz du haut fourneau pour pouvoir séparer le CO2, qu'on va ensuite comprimer pour le transporter et le stocker en mer du Nord", explique Daniel Nevicato, manager recherche CO2 chez Total. 

Une petite araignée porte en elle la solution

Stocker le gaz en mer du Nord est extrêmement onéreux. Le recycler serait beaucoup plus efficace. Aussi incroyable que cela puisse paraître, une petite araignée d'eau porte en elle la solution. "Elle a le corps recouvert d'une bulle d'air qu'elle est allée capter à la surface de l'eau", détaille Christine Rollard, arachnologue. Avec un binoculaire, on peut observer la technique de l'araignée : son corps est recouvert par des milliers de filaments de soie. Dans un laboratoire du Collège de France, des chimistes ont copié la technique de l'araignée pour créer un instrument qui va permettre de recycler le CO2 : une petite plaque de cuivre.

Le JT
Les autres sujets du JT
La silhouette d\'une araignée vue par un temps de pleine lune, à Bishkek au kirghizistan, le 26 séptembre 2015.
La silhouette d'une araignée vue par un temps de pleine lune, à Bishkek au kirghizistan, le 26 séptembre 2015. (VYACHESLAV OSELEDKO / AFP)