Cet article date de plus de huit ans.

A Lyon, le sort de deux éléphants reste en suspens

Sollicité par la fondation Bardot, le président de la République a demandé au ministère de l'Agriculture de se saisir du dossier des deux pachydermes menacés d'euthanasie. Retour sur un feuilleton.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Les éléphantes Baby et Népal, menacées d'euthanasie, au zoo du parc de la Tête d'Or, à Lyon (Rhône), le 6 janvier 2013.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Le sort de Baby et Népal est entre les mains du ministre de l'Agriculture. Lundi 14 janvier, le président François Hollande a demandé à Stéphane Le Foll "d'approfondir les éléments de diagnostic de l'état sanitaire" des deux éléphants femelles de Lyon, potentiellement tuberculeuses, a annoncé la Fondation Bardot. Condamnées à l'euthanasie le 11 décembre 2012, Baby et Népal, deux pachydermes du cirque Pinder, attendent toujours leur verdict, dans leur enclos du Parc de la Tête-d'Or, à Lyon. Francetv info revient sur les échanges entre leurs défenseurs et les autorités.

1Un germe de la tuberculose dans le Parc

Baby et Népal, deux pachydermes âgés de plus de 40 ans, appartiennent au cirque Pinder, mais sont hébergés, faute de place, au Parc de la Tête-d’Or, depuis 1999. En 2010, les vétérinaires du parc les soupçonnent de porter un germe de la tuberculose, explique Terra Eco. "Une maladie assez fréquente chez les pachydermes mais potentiellement contagieuse pour l’homme", explique Jean Hars, spécialiste des maladies de la faune sauvage, au magazine spécialisé dans le développement durable.

Lorsque les doutes sont confirmés, début 2011, les animaux sont placés en quarantaine. Le Parc de la Tête-d’Or demande alors à leur propriétaire, Gérard Edelstein, de les récupérer. Mais, il refuse, estimant que le parc doit, selon le contrat qui les lie, lui laisser un an de délai, explique Terra Eco.

2Baby et Népal condamnées à l'euthanasie

En décembre 2012, un éléphant pensionnaire du parc. L’autopsie révèle que l’éléphante était, elle aussi, porteuse du germe. Le 11 décembre, le préfet du Rhône ordonne l’euthanasie de Baby et Népal sous trente jours. La date de leur mort est arrêtée au 17 décembre.

La mairie de Lyon invoque "le problème de santé publique" posé par les deux animaux, la tuberculose étant contagieuse aux hommes. L'arrêté de la préfecture du Rhône, souligne "les risques graves que cette infection (…) fait peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux".

3Le cirque Pinder demande la grâce présidentielle

"J’en appelle à votre sagesse car cette terrible décision n’est pas justifiée", a écrit Gérard Edelstein dans une lettre au Président de la République, le 14 décembre 2012. Le propriétaire de Baby et Népal, et directeur du cirque Pinder, demande à François Hollande "de ne pas exécuter la sentence", et compte sur "l’intervention suprême" du président de la République, rapporte Le Progrès. Une pétition sur internet a rassemblé 15 000 signatures.

Le 17 décembre, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, suspend temporairement, "en accord avec le ministère de l'agriculture", l'ordre d'euthanasie "pour permettre au directeur du cirque Pinder, s'il le souhaite, de déposer un recours au tribunal administratif". Ce que fait Gérard Edelstein, qui se voit opposer un refus, comme l'explique Le Monde. Mais le propriétaire ne désarme pas et se pourvoie en cassation, le 2 janvier.

4Brigitte Bardot menace de s'exiler en Russie

"Si ceux qui ont le pouvoir ont la lâcheté et l'impudence de tuer les deux éléphantes (...) j'ai pris la décision de demander la nationalité russe", écrit Brigitte Bardot, le 4 janvier. L'ancienne actrice et militante de la cause animale en a "plein le c...", "ras le bol". "Depuis Sarkozy et ses promesses non tenues, personne ne répond à mes requêtes", se plaint-elle. Disant demander "une RE-PON-SE pour sauver ces animaux !", elle en profite pour afficher sa sympathie au président russe Vladimir Poutine.

5Les vétérinaires sont sceptiques

Gérard Edelstein assure que Baby et Népal peuvent être soignées. Mais rien n'est moins sûr, selon plusieurs vétérinaires. Pour Céline Moussour, interrogée par Le Monde, la tuberculose "peut être traitée par des antibiotiques, mais en raison de sa polyrésistance, on enseigne dans les écoles françaises de proposer l'euthanasie quand elle est détectée chez un animal."

"C'est une procédure qui prend plusieurs mois et qui risque de contaminer les soignants ou d’autres animaux", explique Thierry Petit, vétérinaire au zoo de La Palmyre (Charente-Maritime), à Terra Eco.

6François Hollande laisse "la justice suivre son cours"…

C'est non. François Hollande refuse de gracier les éléphantes Baby et Népal, menacées d'euthanasie, écrit mardi 8 janvier le cabinet du président de la République. "Autant il était légitime de vous fournir la possibilité de déposer un recours contre l'arrêté préfectoral demandant l'euthanasie des deux éléphants, autant il n'appartient plus au gouvernement d'intervenir dans le déroulement de la procédure judiciaire en cours", précisé l'Elysée au directeur du cirque Pinder.

7... et confie le dossier au ministère de l'Agriculture

Ce n'est pas au propriétaire des éléphants, mais à Brigitte Bardot que François Hollande s'adresse, le 14 janvier. "J'ai demandé au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, d’approfondir les éléments de diagnostic sur l'état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d'atteinte par la tuberculose, sur la base notamment des éléments que lui communiquera votre Fondation", écrit le président de la République.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.