Cet article date de plus de deux ans.

Écosse : d'après l'ADN, le monstre du Loch Ness pourrait être une anguille

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Écosse : d'après l'ADN, le monstre du Loch Ness pourrait être une anguille
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Après analyse, un généticien néo-zélandais a conclu que le Loch Ness contenait de nombreuses traces ADN d'anguille. Aurait-il résolu le mystère autour du lac écossais ?

A-t-on enfin percé le secret du monstre du Loch Ness ? Le mystère des eaux du lac écossais fascine depuis les années 1930. Reptile préhistorique, requin ou créature imaginaire... les hypothèses sont nombreuses. Un généticien néo-zélandais a analysé 250 échantillons prélevés dans le lac pour faire parler l'ADN du monstre. "Chaque échantillon dans chaque endroit où nous sommes allés comporte de l'ADN d'anguille. Leur nombre est d'ailleurs surprenant. Alors, est-il possible que des gens aient vu une anguille géante ? Peut-être", détaille Neil Gemmel.

Une légende vieille de 90 ans

Les rumeurs ont transformé le monstre en mythe, un trésor pour la région des Highlands qui attire 200 000 touristes par an. En 2006, un chercheur écossais avait conclu que la légende était née il y a près de 90 ans. Des villageois auraient aperçu la trompe d'un éléphant en pleine baignade, car un cirque s'était installé tout près du lac.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.