Cet article date de plus de cinq ans.

Des chercheurs découvrent qu'il n'existe non pas une, mais quatre espèces de girafes différentes

La découverte vient de la conclusion d'une étude réalisée à partir de biopsies d'échantillons de peau provenant de toutes les sous-espèces de girafes reconnues précédemment. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une girafe et son bébé, au zoo de La Flèche (Sarthe), le 31 août 2016.   (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les girafes. Une nouvelle étude, publiée dans la revue Current Biology jeudi 8 septembre, nous apprend qu'il existe quatre espèces distinctes de l'animal au long cou, rapporte notamment Nature (lien en anglais). Jusqu'alors, les scientifiques estimaient qu'il existait une seule espèce de girafe (Giraffa camelopardalis) et neuf sous-espèces. 

Selon cette étude, qui s'appuie sur l'analyse de l'ADN de plus d'une centaine de girafes, ces espèces ne peuvent d'ailleurs pas se reproduire entre elles. En revanche, elles sont d'apparence similaire.

Un examen approfondi de l'histoire des différentes espèces de girafes a révélé que leur ancêtre commun vivait dans une période allant de moins 400 000 ans à moins deux millions d'années.

L'ancien classement se limitait à l'aspect et à la localisation des animaux

Les chercheurs ont relevé que, jusqu'à leurs travaux, les girafes avaient fait l'objet d'études très incomplètes et que de nombreux aspects de leur biologie étaient mal compris. L'ancien classement était basé sur les différentes caractéristiques de leur peau et de leurs petites cornes, et sur leur distribution géographique. Cette fois, l'étude a été réalisée à partir de biopsies d'échantillons de peau provenant de toutes les sous-espèces de girafes reconnues précédemment.

Les girafes sont désormais réparties en quatre espèces : la girafe du Sud (Giraffa giraffa) et ses deux sous-espèces, celle d'Angola (G. g. angolensis) et celle d'Afrique du Sud (G. g. giraffa), la girafe Masai (G. tippelskirchi), la girafe réticulée (G. reticulata) et enfin, la girafe du Nord (G. camelopardalis), qui comprend trois sous-espèces, la girafe nubienne (camelopardalis), d'Afrique de l'Ouest (peralta) et de Kordofan (antiquorum).

S'il existe davantage d'espèce que prévues, les animaux eux, sont de moins en moins nombreux : selon les dernières estimations, le nombre de ces herbivores tachetés au long cou a chuté de plus de 35% au cours des trente dernières années. Ils seraient environ 100 000 têtes aujourd'hui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.