Dans l'Eure, la mobilisation pour sauver la laie Nénette

Une histoire d'amitié peu banale, entre un homme et un sanglier. La détention d'animaux sauvages est pourtant interdite par la loi qui prévoit l'euthanasie. La mobilisation s'organise.

FRANCE 3

Un regard craquant. Curieuse et amicale, Nénette s'est installée il y a 17 mois dans la cour de cette exploitation agricole de Muids, dans l'Eure. La mère du jeune marcassin venait de périr dans une battue. Régis Héroux a nourri Nénette au biberon, jusqu'à ce qu'elle apprenne à se nourrir seule. Depuis, la laie est installée à demeure. "Elle a bien mis une dizaine de jours à s'habituer progressivement à l'homme", se souvient Régis Héroux.

Une pétition en soutien

Il y a quelques jours, les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont annoncé à Régis que Nénette, animal sauvage, ne pouvait continuer à vivre dans son exploitation agricole. La loi prévoit une euthanasie. Une solution refusée par Régis et les élèves des écoles de Muids et Dauboeuf. 68 000 personnes ont signé une pétition sur Internet en soutien à l'agriculteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un sanglier, en Belgique, le 16 octobre 2017.
Un sanglier, en Belgique, le 16 octobre 2017. (PHILIPPE CLEMENT / BELGA MAG / AFP)