Dans l'Allier, un foyer de fièvre catarrhale décime les cheptels

Par précaution, les départements limitrophes ne peuvent plus exporter leurs bovins. Les éleveurs sont inquiets.

FRANCE 3

En 2009, Marcel Cottin, éleveur dans la Nièvre avait perdu une centaine de bêtes. La raison ? La fièvre catarrhale qui avait touché son cheptel. En 2015, la fièvre catarrhale touche l'Allier. Même si le virus n'a pas encore été déclaré dans le département, il a tout de même des craintes. "Ce qui nous inquiète c'est d'arriver soit dans la bergerie, soit au pré et de trouver des animaux qui soient malades ou qui soient morts. Si on n'a de la perte, c'est des conséquences économiques et puis après, il y a l'avenir du troupeau. On ne sait pas ce que ça va donner", explique l'éleveur.

Les exportations menacées ?

Son voisin, Emmanuel Bernard est lui aussi inquiet. Contrairement aux brebis et aux agneaux, les risques de décès chez les vaches à cause de la fièvre catarrhale sont très faibles. En revanche les risques économiques pour sa filière peuvent être très importants. 80% de ses animaux sont vendus à l'étranger, notamment en Italie. Une campagne de vaccination pourrait être lancée dans une partie de la France dans les semaines à venir.

Le JT
Les autres sujets du JT