L'association L214 dénonce les conditions d'abattage d'animaux nés en France et exportés au Liban et en Turquie

L'association de défense des animaux L214 publie jeudi une nouvelle vidéo qui illustre les méthodes de mise à mort pratiquées par deux abattoirs turcs et libanais.

Un membre de l\'association L214, le 23 mars 2017. (Photo d\'illustration)
Un membre de l'association L214, le 23 mars 2017. (Photo d'illustration) (SYLVAIN THOMAS / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'association L214 publie jeudi 13 avril une nouvelle vidéo dans laquelle elle dénonce, cette fois, les conditions d'abattage d'animaux nés en France et exportés au Liban et en Turquie. "Au bout d’un voyage de souffrance, une mort violente", écrit notamment sur son site cette association de défense des animaux.

Dans cette nouvelle vidéo, réalisée en collaboration avec Compassion in World Farming et la Fondation Brigitte Bardot, L214 dévoile les méthodes de mise à mort pratiquées par deux abattoirs turcs et libanais. Sur ces images, un bovin, dont la tête est maintenue par un employé, est égorgé à même le sol. Dans une autre séquence, un bovin est pendu par une seule patte avant d'être saigné sans être insensibilisé. "Leur mort est lente est douloureuse", détaille l'association.

Selon L214, grâce à des numéros d'identification de bovins tués, les enquêteurs ont découvert que dans ces abattoirs étaient mis à mort des animaux nés en France. "Avec les autres associations, nous demandons une interdiction européenne de transporter les animaux durant plus de huit heures", écrit l'association sur son site internet.