Abattoirs : des inspections insuffisantes ?

Comme dans le Pays Basque, des pratiques cruelles ont été constatées dans d'autres abattoirs ces derniers mois. De quoi questionner les contrôles vétérinaires dans ces établissements.

FRANCE 3

L'abattoir du Vigan en février dernier, celui d'Alès en 2015, et aujourd'hui celui de Soule dans les Pyrénées-Atlantiques. Chaque fois, des images de maltraitance animale, et trois scandales très médiatisés en moins d'un an, sur les 916 abattoirs français. À chaque fois, c'est l'association L214 qui pointe ces dérapages.

Des dérives économiques

Au-delà de la cruauté gratuite ou de la négligence, les associations dénoncent des dérives économiques. Les animaux sont maltraités pour aller plus vite, et donc gagner en productivité. Il existe pourtant des contrôles permanents : 2 155 agents se rendent dans les abattoirs pour vérifier les conditions de traitement des bêtes, avec en plus des inspections aléatoires, une fois tous les trois ans.
La semaine dernière, l'Assemblée nationale a adopté la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran d\'une vidéo YouTube de l\'association L214 montrant des animaux dans l\'abattoir d\'Ales (Gard).
Capture d'écran d'une vidéo YouTube de l'association L214 montrant des animaux dans l'abattoir d'Ales (Gard). (COURTESY OF L214 VIA YOUTUBE / AFP)